POLITIQUE

Transport en commun à Toronto: les conservateurs veulent imposer le métro

06/03/2012 03:06 EST | Actualisé 06/05/2012 05:12 EDT
alamy

TORONTO - Puisque le gouvernement de l'Ontario fournit le financement dans le dossier du transport en commun à Toronto, il devrait ordonner à la Ville de construire des lignes de métro même si le conseil municipal se prononce en faveur des trains légers sur rail en surface, a soutenu mardi le leader de l'Opposition officielle à Queen's Park.

Le chef du Parti progressiste-conservateur, Tim Hudak, a volé à la rescousse du maire de Toronto, Rob Ford, quelques heures seulement après que sa croisade pour le métro eut accusé un coup dur du nouveau conseil d'administration de la société de transport en commun (TTC).

M. Hudak a plaidé que le débat qui déchire le conseil municipal dans ce dossier s'étant transformé en une guerre de personnalités, le gouvernement provincial doit trancher et prendre le contrôle du projet de transport collectif.

Le chef conservateur a déclaré que la province devrait investir dans le prolongement du métro et tabler sur la construction souterraine plutôt que de massacrer d'autres rues et mobiliser des voies pour des «tramways survalorisés».

Les conservateurs estiment que les 8,4 milliards $ fournis par le gouvernement provincial dans ce dossier donnaient le droit à Queen's Park de trancher quant à l'avenir du transport en commun à Toronto, même si le conseil municipal s'y objecte, a affirmé M. Hudak.

Le premier ministre Dalton McGuinty a toutefois indiqué que l'accord de financement exigeait que le maire Ford s'entende avec son conseil municipal pour tout plan de transport en commun.

Par ailleurs, M. McGuinty s'en est pris à M. Hudak pour avoir suggéré de faire fi d'un vote du conseil municipal.

Il a également rappelé que M. Hudak, lorsqu'il était membre du gouvernement progressiste-conservateur en 1995, avait mis fin à la construction d'une ligne de métro qu'avait lancée le Nouveau Parti démocratique.