Huffpost Canada Quebec qc

Super mardi: des républicains divisés votent à reculons

Publication: Mis à jour:
SUPER TUESDAY 2012
Les 10 Etats du "Super mardi" doivent désigner plus de 400 délégués. | AFP

CHATTANOOGA, 6 mars 2012 (AFP) - Des républicains divisés votaient mardi dans le Tennessee et neuf autres Etats pour choisir entre un multimillionnaire "qui change d'avis tous les jours", un ultraconservateur "trop religieux" et deux autres rivaux, dont le vieux loup Newt Gingrich.

Dans la grande salle des fêtes du complexe municipal de Chattanooga, au sud du Tennessee (sud des Etats-Unis), une dizaine d'isoloirs en carton blanc ornés du drapeau américain ont été disposés sur des tables rondes. Les électeurs se présentent au compte-goutte sous les lustres dorés de ce bureau de vote.

Michael Miles, un étudiant de 26 ans, est un fervent admirateur de Ron Paul, le doyen de la course, défenseur infatigable de la dépénalisation du cannabis et d'un gouvernement ultra-rétréci. "Il peut gagner mais je sais que ça demandera beaucoup de travail", dit-il à l'AFP.

Soutiendra-t-il un autre candidat si son champion ne remporte pas l'investiture? La réponse fuse: "Non". Mitt Romney? "Il ne veut pas vraiment réduire la taille de l'administration. D'ailleurs, on ne sait pas vraiment ce qu'il veut. Il change d'avis tous les jours". Rick Santorum? "C'est un chrétien aux peurs irrationnelles, trop religieux" qu'il compare au président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Quant à Gingrich, il ne veut même pas en entendre parler.

Justement, un partisan de Newt Gingrich est venu voter. A reculons. "Je ne suis pas très confiant. Il n'y a pas un candidat qui représente toutes les valeurs des républicains. J'aimerais avoir un autre choix. C'était plus simple dans le passé", dit-il un peu dépité avant de partir sans donner son nom.

Même son de cloche à des centaines de kilomètres de là, à Columbus, dans un autre état clé du Super mardi: l'Ohio (nord). "J'ai voté pour Romney parce qu'il a plus d'expérience", raconte Robert Montgomery, un ancien militaire de 67 ans. "Mais pour être honnête je pense qu'aucun des républicains n'a les qualités nécessaires pour devenir président des Etats-Unis", dit-il.

Pour lui, "hors de question" de soutenir Rick Santorum. Quant à Newt Gingrich, c'est "une blague", dit-il sans s'apesantir.

Les 10 Etats du "Super mardi" doivent désigner plus de 400 délégués, sur les 1144 nécessaires pour décrocher l'investiture. Parmi ces 10 Etats, la Géorgie et ses 76 délégués, l'Ohio (66 délégués) et le Tennessee ( 58 délégués) sont les plus importants. Les délégués iront représenter leur candidat à la convention nationale du parti qui désignera formellement en août à Tampa (Floride) l'adversaire de Barack Obama.

Mitt Romney a réussi à remonter la pente ces derniers jours dans l'Ohio, devançant M. Santorum de trois points dans un sondage publié lundi. Les deux autres candidats Newt Gingrich et Ron Paul arrivent loin derrière.

Newt Gingrich, ancien président de la Chambre de représentants et ancien élu de Géorgie, n'est donné vainqueur que dans son Etat.

Au niveau national, Mitt Romney fait jusqu'à présent la course en tête en termes de délégués engrangés, avec 173 contre 74 pour Rick Santorum, 37 pour Ron Paul et 33 pour Newt Gingrich, selon le site RealClearPolitics.

L'affrontement prolongé entre les candidats républicains n'est pas pour déplaire aux partisans du président Obama qui voient les chances de leur champion augmenter à mesure que les indicateurs économiques s'améliorent.

Outre la Géorgie, l'Ohio et le Tennessee, les électeurs voteront aussi mardi en Virginie, dans l'Oklahoma, le Massachusetts, l'Idaho, le Dakota du Nord, l'Alaska et le Vermont.

Sur le web

I'm Voting Republican - YouTube

Etats-Unis: début du vote pour le "Super mardi" des primaires républicaines

"Super mardi": les électeurs républicains de 10 Etats américains votent

Etats-Unis : le défi hispanique

Elections américaines, l'enjeu du "Super Tuesday" pour les républicains

Le Parti républicain sans leader ni stratégie