NOUVELLES

Procès Stafford: L'enseignante de la fillette raconte sa dernière journée

06/03/2012 04:51 EST | Actualisé 05/05/2012 05:12 EDT

LONDON, Ont. - Durant le dernier jour de sa vie, Victoria Stafford a navigué sur le Web pour trouver des renseignements sur les plantes, a mouillé ses collants en sautant dans des flaques d'eau et a été grondée pour avoir fait des bêtises en classe, a témoigné mardi son enseignante.

Jennifer Griffin Murrell a également raconté à la cour que son élève avait demandé la permission de retourner à son pupitre à la fin de la journée pour récupérer une paire de boucles d'oreilles qu'elle y avait oubliée, permission qu'elle lui avait accordée.

Comme la fillette ne portait pas les boucles d'oreilles à son retour, son enseignante l'a interrogée pour savoir si elle les avait trouvées. Elle a répondu par l'affirmative et Mme Murrell lui a simplement dit qu'elles se verraient le lendemain.

Mais elle n'a jamais revu Victoria.

La fillette âgée de huit ans a disparu peu de temps après avoir quitté l'école une minute après ses camarades le 8 avril 2009. Trois mois plus tard, son corps presque nu a été découvert dans des sacs de poubelle cachés sous un tas de cailloux dans un champ situé à environ 100 km de sa maison de Woodstock, en Ontario.

La Couronne soutient que Michael Rafferty et Terri-Lynne McClinctic, qui a déjà plaidé coupable à une accusation de meurtre prémédité, ont enlevé Victoria Stafford près de l'école avant de l'agresser sexuellement et de l'assassiner dans les heures qui ont suivi.

L'enseignante est le premier témoin de la poursuite à se présenter à la barre dans le cadre du procès de Rafferty à London. L'homme âgé de 31 ans a plaidé non coupable à des accusations de meurtre prémédité, d'agression sexuelle causant des lésions et d'enlèvement.

Un pathologiste a conclu que la petite, surnommée «Tori», avait succombé à de multiples coups de marteau à la tête et que son torse portait également des traces de coups qui lui avaient lacéré le foie et fracturé les côtes.

La Couronne compte aussi faire témoigner des parents qui se trouvaient près de l'école le jour de la disparition, un policier et la mère de la petite, Tara McDonald.

PLUS:pc