NOUVELLES

Iran: Obama critique la rhétorique va-t-en-guerre des républicains

06/03/2012 05:38 EST | Actualisé 06/05/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - Le président Barack Obama a clairement affirmé, mardi, qu'il n'avait pas l'intention de précipiter un conflit armé avec l'Iran, critiquant ses adversaires républicains qui appellent à la guerre alors que les États-Unis paient déjà un lourd tribut humain et financier dans leurs missions militaires en cours.

«Ces gens n'ont pas beaucoup de responsabilités», a dit le président lors d'une rare conférence de presse à la Maison-Blanche, la première depuis le mois d'octobre. «Ils ne sont pas commandant en chef. Et quand je vois la désinvolture avec laquelle certaines personnes parlent de la guerre, je me rappelle des coûts qu'implique une guerre (...) et d'envoyer de jeunes hommes et femmes au combat, l'impact que cela a sur leur vie, sur notre sécurité nationale, sur notre économie.»

Les commentaires du président Obama surviennent deux jours après son discours devant un groupe de pression pro-israélien, lors duquel il a prévenu que les États-Unis se serviraient de la force si nécessaire pour empêcher Téhéran de se doter de l'arme nucléaire.

«Soyons bien clairs: je n'exclurai aucune option», a déclaré dimanche Barack Obama devant l'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), à la veille d'une rencontre à la Maison-Blanche avec le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou.

Mardi, le président a nié avoir adouci sa position, assurant les journalistes qu'il restait derrière Israël, mais qu'il n'avait aucun intérêt à se lancer dans des fanfaronnades guerrières pour gagner des points politiques. «Ce n'est pas un jeu et il n'y a rien de désinvolte à ce sujet», a dit M. Obama.

Il a affirmé que si ses adversaires républicains veulent entraîner les États-Unis dans une autre guerre, ils devraient en avertir les électeurs américains.

«L'une des choses que nous n'avons pas faites, c'est de lancer une guerre», a-t-il dit. «Si certains (républicains) pensent qu'il est temps de lancer une guerre, ils devraient le dire et ils devraient expliquer aux Américains pourquoi ils le feraient et quelles pourraient en être les conséquences. Tout le reste, ce ne sont que des paroles en l'air.»

Plus tôt dans la journée, mardi, les deux principaux candidats à l'investiture républicaine, Mitt Romney et Rick Santorum, ont critiqué le président pour ses politiques sur Israël et l'Iran lors de leur propre discours devant l'AIPAC. Les républicains tentent de rallier l'électorat juif, qui a majoritairement voté pour Barack Obama en 2008, en affirmant que le président est faible dans le dossier iranien.

PLUS:pc