NOUVELLES

Venezuela: des coups de feu sont tirés lors d'un événement politique

05/03/2012 10:26 EST | Actualisé 05/05/2012 05:12 EDT

CARACAS, Venezuela - Des coups de feu ont été tirés lors d'un événement où le principal opposant du président vénézuélien Hugo Chavez visitait un quartier traditionnellement pro-gouvernemental, blessant au moins une personne et poussant les deux camps politiques, lundi, à s'échanger les blâmes pour les violences.

Le ministre de la Justice Tareck El Aissami a déclaré que les autorités enquêtaient sur les violences survenues dimanche, lors desquelles le fils du parlementaire Ismaël Garcia, membre de l'opposition, a été légèrement blessé.

Un groupe de partisans gouvernementaux s'en est pris à des supporters du candidat présidentiel de l'opposition Henrique Capriles alors qu'il visitait le quartier de Cotiza, à Caracas. Il n'a pas été possible de déterminer qui a tiré les coups de feu.

Dans des messages publiés sur son compte Twitter, M. Capriles a accusé des partisans gouvernementaux d'avoir déclenché les violences.

M. Garcia a indiqué que son fils, également nommé Ismaël, avait été blessé au bras.

Selon ce parlementaire, des partisans pro-gouvernement sont arrivés de l'extérieur du quartier pour causer des problèmes, et M. Capriles a été bien reçu par plusieurs personnes avant que les coups de feu n'éclatent.

Le ministre El Aissami a toutefois accusé l'opposition d'avoir provoqué les violences.

Selon ce qu'il a déclaré sur les ondes de la télévision d'État, l'opposition aurait un «ordre du jour violent».

M. El Aissami a ajouté qu'il n'y avait pas de preuves pour appuyer l'affirmation de M. Garcia selon laquelle des partisans du parti socialiste de Hugo Chavez avaient ouvert le feu.

Ismaël Garcia s'est présenté aux bureaux des procureurs pour demander officiellement une enquête. L'un de ceux-ci a été assigné pour enquêter avec l'aide de la police.

Au dire de la station de télévision anti-Chavez Globovision, une équipe de tournage a également été attaquée, et la caméra a été volée par un groupe de personnes non-identifiées.

PLUS:pc