Simulation de tremblement de terre à Montréal (PHOTOS) (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
SIMULATION SEISME
Les Forces canadiennes ont déployé une cinquantaine de militaires dans le cadre d’un entraînement visant à se préparer en cas de désastres naturels. (Nicolas Laffont/HuffPostQc) | HuffPostQc

Les Forces canadiennes ont déployé une cinquantaine de militaires à plusieurs endroits sur l’île de Montréal, le week-end dernier, dans le cadre d’un entraînement d’envergure visant à se préparer en cas de désastres naturels.

À l’intérieur du manège militaire du 34e Régiment de Génie de Combat, situé près du Westmount High School, les lumières sont toutes éteintes, il y fait sombre et on a du mal à y voir. Une cinquantaine de lits de camps sont installés et il y a peu d’activité car tous les soldats sont déployés; un tremblement de terre vient de se produire sur l’île de Montréal!

De vendredi soir à dimanche matin, à Westmount, Dorval, et Sainte-Anne-de-Bellevue, les réservistes du 34e Régiment de Génie de Combat ont ainsi simulé une intervention en cas d’un important tremblement de terre dans la métropole. Les exercices se sont déroulés précisément dans le stationnement de la Westmount High School, à Pointe-Picard et à l’Arboretum Morgan.

Sondage rapide

Feriez-vous confiance aux Forces canadiennes en cas de séisme à Montréal?

VOTER

Ce genre d’exercice permet au 34e RGC de valider les équipements en leur possession et de déterminer exactement les besoins si un réel problème survenait. Ainsi, lors de la simulation, les ingénieurs ont monté un camp de réfugiés comprenant une tente dortoir, une tente de soins médicaux et une tente cuisine. Un système de purification de l’eau a aussi été mis en place (à l'aide d'une unité de purification d’eau par osmose inversée ou ROWPU) et un système de production d’électricité. Il n’y a pas à dire, ce sont bien des ingénieurs!

Plusieurs déplacements de troupes et de véhicules militaires ont été effectués entre les trois villes de l’île de Montréal. La simulation n’a pas exigé une utilisation d’armes ou de munitions. L’adjudant Bruno Boucher avait aussi assuré, un peu avant le début des opérations, qu’aucune participation du public n’était demandée et que tout avait été mis en œuvre pour minimiser les dérangements aux résidents.

En entrevue au Huffington Post Québec, le major Daniel Alexandre Doran indique qu’un plan triennal a été récemment mis en place. «Cette année, nous faisons notre exercice dans un contexte de catastrophe naturelle, l’an prochain nous augmenterons nos difficultés et ferons plus de coordinations avec les villes impliquées et enfin en 2014, nous espérons pouvoir mener cet exercice au niveau de la Brigade et non plus du Régiment.»

-

Close
Simulation de séisme à Montréal
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction