Quebecor Média et Radio-Canada concluent des ententes de plusieurs années

Publication: Mis à jour:
QUEBECOR RADIO CANADA
Quebecor Média et la Société Radio-Canada ont conclu des ententes visant à rétablir leurs relations commerciales pour les années à venir. | HuffPostQc

MONTRÉAL - Radio-Canada recommencera à acheter de la publicité dans les journaux et sur les sites Web de son grand rival, Quebecor Média.

C'est ce que prévoient des «ententes» conclues vendredi et annoncées lundi par Quebecor. Celles-ci visent à «rétablir» les «relations commerciales» entre les deux groupes, et ce, «pour les années à venir», a-t-on précisé dans un communiqué.

«Nous avons toujours été convaincus que nos journaux, en tant que leaders dans leurs marchés respectifs, permettaient à Radio-Canada de rejoindre le large auditoire que son mandat l'enjoint d'atteindre», a déclaré le grand patron de Quebecor Média, Pierre Karl Péladeau.

Les deux sociétés ont également convenu de renouveler les ententes en vertu desquelles Vidéotron, filiale de Quebecor, assure la distribution des chaînes spécialisées de Radio-Canada, soit ARTV, RDI et la nouvelle chaîne Explora, dont le contenu portera sur la santé, l'environnement, la nature et la science. Cette dernière doit être lancée le 28 mars.

De plus, certaines émissions de la télé de Radio-Canada seront offertes en vidéo sur demande par Vidéotron.

Enfin, Sélect, une filiale de Quebecor Média, distribuera des produits de Radio-Canada comme des DVD.

Les ententes «nous donneront accès à des sources accrues de revenus qui contribueront à la production de contenus canadiens originaux sur toutes nos plateformes», a commenté Louis Lalande, vice-président principal de Radio-Canada, dans un communiqué.

Par ailleurs, on ne sait pas si Quebecor s'est engagé à faire preuve de réciprocité et à acheter de la publicité dans les médias de Radio-Canada.

Au début de l'année, La Presse Canadienne a révélé qu'en septembre 2011, M. Péladeau a écrit à son homologue de CBC/Radio-Canada, Hubert Lacroix, pour menacer la société d'État de poursuites judiciaires si celle-ci n'achetait pas davantage de publicités dans les journaux et magazines de Quebecor Média.

La lettre s'inscrivait dans le cadre d'une volumineuse correspondance sur le sujet entre les deux hauts dirigeants depuis plus de deux ans. Pierre Karl Péladeau est allé jusqu'à s'adresser directement au premier ministre Stephen Harper dans ce dossier.

Réchauffement?

Il reste à voir si les ententes de vendredi annoncent un réchauffement des relations entre Radio-Canada et Quebecor, qui ont été pour le moins houleuses ces derniers temps.

Depuis plusieurs années, Quebecor dénonce le financement annuel de 1,1 milliard $ que reçoit CBC/Radio-Canada de la part du gouvernement fédéral.

M. Lacroix s'est plaint que les médias de Quebecor, plus particulièrement Sun TV, reprennent ces critiques à outrance. De son côté, M. Péladeau a accusé Radio-Canada de mener une campagne de dénigrement contre Quebecor, notamment par le biais d'un reportage diffusé l'automne dernier par l'émission «Enquête».

En octobre, Radio-Canada avait refusé d'enlever de son site Web un texte contesté par Quebecor, en dépit de la mise en demeure qui lui avait été envoyée.

Le conglomérat réclamait le retrait du texte «Ce que Quebecor ne vous dit pas quand elle attaque le radiodiffuseur public», qu'il jugeait faux et diffamatoire. Quebecor exigeait aussi le retrait du texte «Examen des arguments de Quebecor Média en faveur du libre marché».

Radio-Canada reprochait notamment à Quebecor Média de cacher des faits à la population et de taire la vérité dans ses reportages et ses déclarations publiques.