NOUVELLES

Le Mexique veut que Washington fasse cesser l'afflux d'armes et de narcodollars

05/03/2012 08:03 EST | Actualisé 05/05/2012 05:12 EDT

MEXICO - Le président du Mexique a demandé au vice-président américain, lundi, des efforts accrus de Washington pour faire cesser l'afflux d'armes et de narcodollars au Mexique.

Felipe Calderon a fait cette demande lors d'une rencontre avec Joe Biden dans la résidence présidentielle de Mexico. M. Biden effectuait un visite d'un jour au Mexique, avant de se rendre au Honduras mardi.

Le président du Mexique a «répété le besoin urgent de renforcer les actions contre le trafic d'armes dans notre pays et le blanchiment d'argent», a affirmé le bureau de la présidence dans un communiqué. Le gouvernement mexicain estime que les armes provenant des États-Unis ont contribué à alimenter les violences liées au trafic de drogue, qui ont fait au moins 47 715 morts au Mexique entre décembre 2006 et septembre 2011.

Joe Biden a déclaré que malgré l'absence d'un moratoire sur les fusils d'assaut, l'administration du président Barack Obama fait tout ce qu'elle peut pour faire cesser le trafic d'armes, notamment en menant des inspections aux postes frontaliers et en exigeant des rapports sur les ventes d'armes en grande quantité.

Le déplacement de M. Biden au Mexique survient alors que des dirigeants et des gens d'affaires latino-américains font pression pour lancer des discussions sur la décriminalisation des drogues. Les présidents du Costa Rica, du Guatemala, du Salvador, de la Colombie et du Mexique, qui doivent tous affronter les retombées violentes de la guerre contre la drogue, ont récemment déclaré qu'ils voudraient ouvrir des pourparlers sur la légalisation des drogues.

M. Biden a rappelé que le président Obama restait fermement opposé à la légalisation des drogues, tout en soulignant que les pays aux prises avec la violence des narcotrafiquants réfléchissent toujours à cette question.

«C'est un débat totalement légitime», a-t-il dit. «Le débat survient toujours dans le contexte de graves violences.»

Lors de sa visite, Joe Biden a aussi rencontré les trois principaux candidats à l'élection présidentielle du 1er juillet au Mexique.

PLUS:pc