Les conservateurs ne veulent pas dévoiler leurs relevés téléphoniques

Publication: Mis à jour:
PHONE
Les conservateurs n'ont pas à dévoilier leurs relevés téléphoniques, puisqu'ils jurent ne pas avoir fait d'appels frauduleux (Shutterstock) | Shutterstock

OTTAWA - Les conservateurs demandent aux Canadiens de faire un acte de foi: ils disent ne pas avoir à remettre leurs relevés téléphoniques de la dernière campagne électorale, puisqu'ils jurent ne pas avoir fait d'appels trompeurs.

C'est le député conservateur Dean Del Mastro qui a fait cette déclaration à sa sortie des Communes, lundi.

Chargé de défendre le gouvernement en Chambre lors des attaques quotidiennes de l'opposition au sujet de l'affaire des appels téléphoniques trompeurs, M. Del Mastro veut en quelque sorte que les citoyens croient les conservateurs sur parole.

Il veut aussi que les libéraux remettent tous les appels qu'ils ont faits en campagne électorale, même s'il refuse de faire de même.

Questionné à savoir si le Parti conservateur allait lui aussi montrer patte blanche et remettre toute sa documentation téléphonique, M. Del Mastro a été catégorique.

«Non, car notre parti n'est pas, n'est pas derrière ces appels. On sait cela», a-t-il déclaré.

Il affirme de plus que puisque ce sont les libéraux qui allèguent que des appels trompeurs ont été faits, c'est à eux de montrer leurs relevés téléphoniques.

De son côté, le Parti libéral a affirmé lundi qu'il fournirait sa propre documentation téléphonique de la dernière élection, et a enjoint à son tour le Parti conservateur de faire de même.

«Tout le monde doit le faire», a insisté le chef intérimaire du parti, Bob Rae.

Et cela, même s'il est possible que les relevés de son parti révèlent des irrégularités.

«Moi je pense que c'est difficile pour nous de dire que vous devez être ouverts avec l'information que vous avez et de dire que nous, on ne va pas être ouverts. (...) On n'a rien à cacher, même s'il y a des choses peut-être qu'on ne veut pas voir», a dit M. Rae.

«On espère pouvoir rendre publique l'information dès que possible», a-t-il ajouté, expliquant devoir obtenir certaines autorisations des entreprises concernées avant de pouvoir le faire.

Réagissant à l'article de La Presse Canadienne lundi en fin d'après-midi, M. Del Mastro a envoyé un court courriel au sujet de ses propos.

«Pour être clair, nous allons collaborer avec Élections Canada pour tout ce qu'ils vont demander», a écrit M. Del Mastro en anglais.

Il est impossible de savoir pour l'instant si Élections Canada a réclamé au Parti conservateur des relevés téléphoniques.

Questionnés à de multiples reprises en Chambre lundi au sujet de cette affaire, les conservateurs, dont M. Del Mastro et Pierre Poilièvre, n'ont pas mentionné qu'ils allaient remettre leurs relevés d'appels ni les scripts fournis aux employés des entreprises téléphoniques.

De plus en plus sur la défensive dans cette affaire, les troupes de Stephen Harper ont aussi lancé lundi que les libéraux sont les responsables des plaintes reçues par Élections Canada à la suite de l'élection du 2 mai.

L'organisme a dit vendredi avoir reçu quelque 31 000 plaintes, notamment d'électeurs qui disent avoir été dirigés vers de faux bureaux de vote.

Des candidats libéraux affirment aussi que certains de leurs partisans ont reçu des appels harcelants de personnes prétendant être du Parti libéral. Il s'agirait d'appels désagréables reçus tard en soirée ou encore le jour du Sabbat par des électeurs de confession juive.

Le parti de Stephen Harper a laissé entendre la semaine dernière que les appels harcelants faits à des partisans libéraux étaient l'oeuvre du Parti libéral lui-même, et non pas de conservateurs se faisant passer pour des libéraux afin de leur faire perdre des votes.

«Nous croyons que le Parti libéral a fait de telles allégations (contre les conservateurs) tout en sachant qu'ils ont payé ces entreprises des millions de dollars pour faire des appels à des centaines de milliers de foyers partout au pays. Il s'agit (de leur part) d'une campagne de dénigrement sans preuve et nous le savons», a réitéré M. Del Mastro lundi.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) demande aussi de la transparence de la part des conservateurs dans cette affaire. Le député Pat Martin qualifie de «ridicule» l'argument des conservateurs pour ne pas dévoiler leurs relevés téléphoniques.

«Ils ne se comportent pas comme des gens qui n'ont rien à cacher», a-t-il déclaré.

Élections Canada a confirmé être en train d'analyser les plaintes reçues et a lancé une enquête dans au moins une circonscription, celle de Guelph, en Ontario.

Sur le web

Appels trompeurs : l'opposition exige des excuses et des comptes-rendus

Appels frauduleux: une centaine de personnes manifestent

Appels électoraux : Harper accuse les libéraux, l'opposition contre-attaque

Appels frauduleux: tir groupé contre le PCC

Appels trompeurs: des électeurs induits en erreur à Pointe-Claire

Appels frauduleux: la controverse prend de l'ampleur