Le hockey en plein air menacé dans certaines régions du pays

Hockey

Première Publication: 4/03/2012 19:14 Mis à jour: 5/03/2012 16:58

Le passe-temps favori des Canadiens est en voie de devenir un sport qui ne se pratique qu'à l'intérieur dans certaines régions du pays, selon une nouvelle étude.

Les auteurs de cette étude, qui doit être rendue publique lundi par IOP Publishing, société dont le siège se trouve au Royaume-Uni, préviennent que la pratique du hockey en plein air au Canada est menacée par les changements climatiques.

Lawrence Mysak, coauteur du rapport et professeur à l'Université McGill, à Montréal, a affirmé que la clémence croissante des températures hivernales causée par les changements climatiques compliquait le gel des surfaces de jeu.

Dans une entrevue accordée de son bureau à Montréal, la semaine dernière, M. Mysak dit, qu'en général, les patinoires ont été été ouvertes de plus en plus tard au cours des 50 dernières années.

Par ailleurs, ajoute-t-il, la durée de la saison a été réduite d'une ou deux, parfois trois semaines.

M. Mysak craint que le réchauffement graduel de la planète provoqué par la combustion de combustibles fossiles pourrait éventuellement faire en sorte que la pratique en plein air du hockey soit impossible dans plusieurs décennies.

«Si la tendance se maintient, il pourrait ne plus y avoir de patinoires extérieures à cause du réchauffement planétaire», a dit M. Mysak, qui a grandi en donnant des coups de patin sur les patinoires extérieures d'Edmonton, en Alberta.

Les régions le plus durement touchées sont les Prairies, le sud-est de la Colombie-Britannique de même que le sud de l'Ontario et du Québec. Les Maritimes et les parties nordiques du pays n'ont pas connu de changements significatifs, selon M. Mysak.

À l'aide de données recueillies dans plus de 140 stations météorologiques à travers le pays depuis les années 50, les chercheurs ont établi la date du début de la saison en plein air et la durée de celle-ci, d'une année à l'autre.

Damon Matthews, coauteur du rapport et professeur à l'Université Concordia, à Montréal, a indiqué que la durée de la saison de patinage à l'extérieur avait diminué dans plusieurs régions.

«Il est difficile d'imaginer que des parties du pays qui profitent actuellement des plaisirs du patin en plein air ne soient plus capables de le faire à l'avenir», a déclaré M. Matthews, ajoutant que cette étude était la première du genre.

SUIVRE LE Québec

Publié par Geoffrey Dirat  |