NOUVELLES

Législatives iraniennes: les fidèles de l'ayatollah Khamenei devancent les partisans du président Ahmadinejad

03/03/2012 09:39 EST | Actualisé 03/05/2012 05:12 EDT

Les premiers résultats des législatives iraniennes donnaient samedi les fidèles de l'ayatollah Ali Khamenei en tête, devant les partisans du président Mahmoud Ahmadinejad. Ce dernier va sans doute devoir composer avec un Parlement encore plus hostile pour finir les 18 derniers mois de son second mandat.

D'après les médias officiels, un peu plus de 67% des 48 millions d'électeurs ont participé vendredi aux élections destinées à renouveler les 290 sièges du Parlement monocaméral, le Majlis.

Il s'agissait des premières grandes élections depuis la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009, qui avait suscité des manifestations de masse, réprimées par le régime des mollahs.

L'opposition étant étouffée par trois ans de répression brutale et les grandes factions réformatrices absentes des bureaux de vote, le scrutin de vendredi se résumait surtout à un affrontement au sein du camp ultraconservateur, opposant les hommes de l'ayotallah Khamenei à ceux du président Ahmadinejad. Le bon score des fidèles du guide suprême de la révolution islamique atteste du fort attachement à la théocratie iranienne et à sa fermeté face aux Occidentaux sur le programme nucléaire iranien.

Selon les premiers résultats communiqués samedi à la mi-journée, sur 189 parlementaires élus lors du scrutin de vendredi, au moins 97 étaient des rivaux conservateurs d'Ahmadinejad. Les 86 autres étaient également répartis entre les partisans du président et des candidats plus modérés. Quinze sièges ont donné lieu à un ballottage.

Dans la capitale, les premiers résultats donnaient les fidèles de Khamenei en tête. Les résultats partiels dans plusieurs villes de province donnaient aussi l'avantage aux rivaux du président Ahmadinejad élus dans plusieurs circonscriptions.

Autre source d'embarras pour le président, sa jeune soeur Parvin Ahmadinejad a été battue par un rival conservateur dans leur ville natale de Garmsar. Gholam Ali Haddad Adel, dont la fille a épousé le fils d'Ali Khamenei, était en tête dans une circonscription de Téhéran. Autre adversaire du président Ahmadinejad, le président du Parlement sortant, Ali Larijani, a été élu à Qom.

La fracture au sein du camp ultraradical date de l'an dernier quand le président Ahmadinejad est tombé en disgrâce en avril pour avoir osé défier l'ayatollah Khamenei sur le choix du chef du renseignement. Beaucoup de conservateurs qui avaient soutenu la réélection d'Ahmadinejad se sont alors retournés contre lui. AP

sb/v0

PLUS:pc