NOUVELLES

Des terroristes lancent une attaque contre une base au Yémen, faisant un mort

03/03/2012 02:32 EST | Actualisé 03/05/2012 05:12 EDT

SANAA, Yémen - Deux attentats suicides ont frappé un camp militaire dans le centre du Yémen, samedi, tuant un soldat, alors que des explosions ont fait trembler une ville portuaire du Sud. Des affrontements ont éclaté, toujours au sud, entre des militants présumés d'al-Qaïda et les forces de sécurité, ont annoncé des responsables.

Les violences en cours à travers le pays soulignent les défis auxquels l'État arabe fait face après qu'une révolte politique longue d'un an ait créé un vide sécuritaire et donné à al-Qaïda l'opportunité de s'emparer de plusieurs villes dans le sud.

La menace d'al-Qaïda dans la péninsule arabique était la principale raison ayant poussé les États-Unis à jouer un rôle actif dans la transition yéménite, après que des millions de citoyens furent descendus dans les rues pour réclamer le départ du président de longue date Ali Adbullah Saleh.

Après s'être accroché au pouvoir pendant une année complète, M. Saleh a officiellement démissionné après que les Yéménites eurent voté en faveur de son remplacement par son vice-président Abed Rabbo Masnour Hadi. Le départ de M. Saleh fait partie d'un plan de transfert du pouvoir soutenu par les États-Unis et les pays arabes qui lui offre l'immunité en échange de sa démission.

Lors de son discours inaugural, M. Hadi a indiqué que ses deux priorités étaient de restructurer l'armée et de démarrer un dialogue national entre les diverses factions politiques. Sa première décision fut de remplacer les dirigeants militaires loyaux à M. Saleh dans la province d'Aden, au sud, où des officiers se plaignaient du fait que le commandant en poste détournait du ravitaillement destiné aux forces combattant al-Qaïda.

Le président Hadi a eu une première rencontre, samedi, avec les membres de son cabinet. Cette rencontre est survenue quelques heures après que des attaquants présumés d'al-Qaïda eurentt attaqués un camp de la Garde républicaine dans la ville de Bayda, à 120 kilomètres au sud de la capitale, Sanaa, a précisé un responsable yéménite de la sécurité.

La ville est située à proximité d'une région capturée par des militants liés à al-Qaïda en janvier.

PLUS:pc