Huffpost Canada Quebec qc

Des députés conservateurs ont fait appel à une firme de télémarketing américaine

Publication: Mis à jour:
Une douzaine de députés conservateurs ont utilisé les services d'une firme de télémarketing basée aux États-Unis, lors des élections fédérales de mai 2011. (Archives)
Une douzaine de députés conservateurs ont utilisé les services d'une firme de télémarketing basée aux États-Unis, lors des élections fédérales de mai 2011. (Archives)

(Radio-Canada.ca)

CBC a appris vendredi que plus d'une douzaine de députés conservateurs ont utilisé les services d'une firme de télémarketing basée aux États-Unis, lors des élections fédérales de mai 2011. Il n'existe toutefois aucun lien entre ces communications et les appels trompeurs robotisés effectués au cours de la campagne.

Le premier ministre Stephen Harper avait affirmé à la Chambre des communes, jeudi, que le Parti libéral était le seul à avoir fait appel à des firmes américaines.

« Hier et les jours précédents, le Parti libéral a déclaré avoir reçu des appels trompeurs en provenance de numéros aux États-Unis. Nous avons fait des recherches. Nous avons seulement constaté que c'était le Parti libéral qui était à la source de ces appels provenant des États-Unis. Je me demande si la raison pour laquelle le chef du Parti libéral refuse de nous montrer ses preuves, c'est parce que ces preuves nous révéleraient que c'est en fait le Parti libéral qui a effectué ces appels », a déclaré M. Harper en Chambre.

Des documents obtenus par la CBC montrent pourtant que 14 candidats conservateurs ont fait appel aux services d'une entreprise de l'Ohio, Front Porch Strategies. La firme a effectué des milliers d'appels dans chacune des circonscriptions concernées à partir de ses bureaux de Columbus, aux États-Unis.

Le député conservateur Dean Del Mastro a utilisé les services de la firme américaine à deux reprises l'an dernier, pendant la campagne. Le secrétaire parlementaire du premier ministre s'est d'ailleurs fait corriger, au début de la semaine, après avoir accusé les libéraux d'avoir eu recours à une compagnie américaine qui était en fait canadienne.

Une source reliée à la firme Front Porch a informé la CBC que tous les appels en provenance de l'Ohio vers Peterborough, la circonscription de M. Del Mastro en Ontario, ont été programmés pour afficher le numéro de téléphone de son bureau de campagne, cachant ainsi le fait que les appels étaient faits à partir de l'Ohio.

Les appels de Front Porch pour le compte de candidats conservateurs dans 13 autres circonscriptions utilisaient la même méthode, a expliqué la source.

L'utilisation des services d'une firme de télémarketing américaine n'est pas illégale dans le cadre d'une campagne canadienne. Rien n'indique pourquoi les conservateurs ont tenté de nuire aux libéraux avec cette affaire.

Les directeurs de l'entreprise n'ont pas rappelé les journalistes de CBC.

Aucun lien avec les appels trompeurs

Jim Ross, consultant canadien de la firme américaine Front Porch, soutient que les services fournis durant la campagne fédérale ne sont pas liés à l'affaire des appels trompeurs.

Élections Canada a publié un communiqué vendredi pour indiquer avoir reçu pas moins de 31 000 signalements de citoyens disant avoir été victimes d'appels automatisés annonçant faussement, au nom d'Élections Canada, que leur bureau de scrutin avait changé de lieu.

M. Ross, qui a dirigé la campagne de Rick Dykstra, député conservateur de St-Catharines, l'une des 14 circonscriptions impliquées, a expliqué que la firme appelait « peut-être 10 000 » électeurs potentiels dans une même circonscription pour les inviter à participer à une conférence téléphonique avec le candidat conservateur.

Selon M. Ross, près de 15 % des électeurs contactés ont répondu à l'invitation. « Les gens aiment beaucoup ces événements », a-t-il précisé, ajoutant que leur coût est par ailleurs relativement bas.

Des documents obtenus par CBC montrent que chacune des deux conférences téléphoniques tenues par le député Del Mastro a coûté 2700 $.

CBC rapporte par ailleurs que la firme Front Porch n'hésite pas à afficher son allégeance politique. « Notre passion est d'aider les candidats républicains, les élus et les causes conservatrices à gagner en les reliant personnellement aux électeurs », est-il écrit sur son site web.