NOUVELLES

Un ex-condamné à mort est libéré de prison en Caroline du Sud

02/03/2012 09:54 EST | Actualisé 02/05/2012 05:12 EDT

COLUMBIA, États-Unis - Un prisonnier de la Caroline du Sud et déficient intellectuel, qui a passé près de 30 ans en attente de la peine capitale pour une affaire de meurtre, a recouvré sa liberté vendredi après un accord sur le plaidoyer.

Un avocat d'Edward Lee Elmore a indiqué que son client clamait toujours son innocence dans la mort de Dorothy Edwards, une veuve retrouvée morte dans un placard de sa maison, le corps montrant 52 coups de couteau. Elmore, qui travaillait pour la victime comme homme à tout faire, a plaidé coupable à l'accusation de meurtre dans le but d'être libéré.

Elmore a argué que la mèche de cheveux blonds retrouvée sur le cadavre de Dorothy Edwards après sa mort prouve qu'il n'est pas son assassin, puisque lui-même a les cheveux noirs.

Il a levé les pouces dans les airs à sa sortie de l'audience, et a affirmé qu'il était très heureux de quitter le pénitencier.

Elmore s'est alors éloigné du palais de justice du comté de Greenwood, tandis que des membres de sa famille l'acclamaient. Ils avaient prévu emmener l'homme de 53 ans à un buffet, pour qu'il puisse manger tout ce dont il avait envie.

La mèche de cheveux ne signifie toutefois pas qu'Elmore sera blanchi dans cette affaire, mais sa présence soulève un doute raisonnable pour la tenue d'un nouveau procès et d'une audience sur la libération conditionnelle, qui a mené à la négociation de plaidoyer. Sa libération après trois décennies survient à la suite de plusieurs appels et le renversement de sa peine à trois reprises, incluant une réduction de peine pour la prison à vie.

Raymond Bonner, un ancien journaliste du New York Times qui a suivi de près cette affaire pendant plus de dix ans et a écrit un livre sur le sujet, a indiqué que la police était pressée à l'époque de procéder à une arrestation. Les autorités voulaient mettre la main au collet du coupable, la communauté craignant qu'il y ait un violeur et meurtrier parmi eux, ce qui a conduit à l'arrestation rapide d'Elmore.

Selon M. Bonner, les procureurs n'ont jamais établi de motifs dans cette affaire.

PLUS:pc