Stephen Harper reçoit son homologue Benjamin Nétanyahou à Ottawa

Publication: Mis à jour:
NETANYAHOU HARPER
AP

OTTAWA - Stephen Harper soutient que le Canada préconise une résolution pacifique du conflit qui oppose l'Iran à l'Occident, et ne va pas jusqu'à soutenir un bombardement préventif d'Israël.

Le premier ministre, qui recevait son homologue israélien Benyamin Nétanyahou vendredi à Ottawa, y est allé de propos qui ont semblé moins belliqueux que ses dernières déclarations concernant la menace qu'un Iran doté de l'arme nucléaire représenterait pour l'État hébreu.

«Il est vrai que nous avons été très clairs sur les dangers que l'Iran représenterait s'il avait l'arme nucléaire, sur ses intentions et ses capacités. Cela demeure une sérieuse source d'inquiétude pour (notre) pays, et je pense que j'ai exposé ce point de vue très clairement», a affirmé Stephen Harper lors d'un point de presse, flanqué de M. Nétanyahou.

«En ce qui a trait aux situations hypothétiques — et je pense que le premier ministre (Nétanyahou) en est conscient —, la position du Canada est très claire: nous reconnaissons bien entendu le droit d'Israël de se défendre à titre d'État souverain, à titre d'État juif. Cela dit, nous souhaitons une résolution pacifique de ce dossier. Et nous voulons que tous les gestes soient posés en vue d'une résolution pacifique de cette situation.»

Selon Benyamin Nétanyahou, si l'Iran se dote de l'arme nucléaire, il s'agira d'un moment charnière de l'histoire et cela représentera, par le fait même, une menace pour le monde entier.

Le leader israélien a affirmé que même si l'Iran accepte de revenir à la table de négociations, il pourrait s'agir d'une ruse lui permettant de poursuivre le développement de son programme nucléaire.

Benyamin Nétanyahou était de passage dans la capitale fédérale dans le cadre d'une visite de trois jours en sol canadien, un périple surtout consacré à des activités privées.

À son arrivée, vendredi matin, il avait confirmé que l'Iran serait au coeur de ses discussions avec Stephen Harper. «L'une des choses dont je voudrais discuter avec vous concerne les remarquables turbulences qui secouent le Moyen-Orient et, évidemment, de la course incessante de l'Iran pour développer des armes nucléaires», avait-il lancé à son hôte lors de la séance de photos qui a précédé leur rencontre.

«Je sais, grâce aux nombreuses conversations que nous avons eues, que vous partagez mon point de vue à l'effet qu'il s'agit d'une grave menace à la paix et la sécurité mondiales, et je pense qu'il est important que la communauté internationale ne permette pas à cette menace de se concrétiser.»

Le spectre d'un bombardement préventif sur l'Iran plane depuis quelque temps, et Benyamin Nétanyahou n'a rien fait pour dissiper les craintes que certains entretiennent à ce sujet.

«Comme tout pays souverain, nous nous réservons le droit de nous défendre contre un pays qui veut notre anéantissement et qui travaille en ce sens», a affirmé le premier ministre israélien.

Deux seules questions ont été permises à l'issue du point de presse des deux dirigeants. La première a été accordée à un journaliste israélien, qui s'est adressé à M. Nétanyahou en hébreu. La seconde a été posée par un journaliste canadien.

Le premier ministre d'Israël s'arrête au Canada avant de se rendre à Washington. Il sera reçu à la Maison-Blanche lundi par le président Barack Obama. Il prendra aussi la parole devant l'influent Comité israélo-américain des affaires publiques, comme doit le faire d'ailleurs le président Obama dimanche.

Sur le web

Relations Canada - Israel

Nétanyahou au Canada | National | Radio-Canada.ca