NOUVELLES

Les juges de l'émission «Canada's Got Talent» avaient une tâche délicate

02/03/2012 01:36 EST | Actualisé 02/05/2012 05:12 EDT

TORONTO - Les célébrités qui auront pour tâche de juger les participants de «Canada's Got Talent» affirment qu'il existe une façon d'annoncer délicatement à un concurrent qu'il n'a pas ce qu'il faut pour participer à l'émission.

L'humoriste Martin Short, la soprano Measha Brueggergosman et le musicien Stephan Moccio disent avoir eu beaucoup d'occasions de découvrir comment annoncer le rejet.

Le trio aura la tâche de séparer le bon grain de l'ivraie dans la version canadienne du célèbre concours de talent, qui sera présenté dès dimanche, à Citytv.

Brueggergosman dit avoir essayé d'être honnête avec les moins talentueux sans pour autant être méchante. Elle a donc adouci ses commentaires, jugeant qu'un numéro «manquait de finition» ou suggérant à un participant de changer d'octave.

«C'est comme un accident de la route, il est difficile de regarder ailleurs même si on sait qu'on devrait le faire», a-t-elle raconté au sujet des pires candidats, lors d'une récente conférence de presse.

«(Mais) même lorsqu'ils sont mauvais, on doit leur donner des commentaires constructifs, on ne peut seulement dire: "Tu es mauvais." Ce n'est pas très utile», a-t-elle ajouté.

Short croit quant à lui que tout est dans le ton utilisé pour dire à quelqu'un qu'il n'a pas de talent. Selon lui, le sourire est de mise!

Le premier épisode de «Canada's Got Talent» proposera des extraits des auditions de Toronto, qui ont attiré des participants de toutes les sphères; de l'équilibriste du Bélarus au chien amateur de frisbee en passant par une acrobate spécialisée en cerceau et à un ténor ne manquant pas de confiance en lui.

La tournée d'auditions a visité six villes, soit Toronto, Calgary, Vancouver, Winnipeg, Halifax et Montréal. Des concurrents âgés de 4 à 82 ans s'y sont présentés.

Le gagnant remportera 100 000 $, une Nissan GT-R, une apparition à l'émission du jour de l'An de Citytv et la chance de monter sur scène à Las Vegas.

Brueggergosman dit avoir sauté sur l'occasion de devenir juge pour la série, produite par l'équipe derrière «Canadian Idol» et «Battle of the Blades».

«Je suis accro à la téléréalité, a-t-elle confié. Si quelqu'un mange quelque chose de peu appétissant, court quelque part ou veut convaincre quelqu'un de l'épouser, je suis au rendez-vous.»

La soprano a cependant fait très attention de ne pas être trop dure envers les concurrents à l'ego fragile. «Il ne faut pas trop faire de blague parce que c'est drôle pour nous, mais la personne est blessée. Il faut penser à ses sentiments, mais il faut lui dire la vérité sans le démolir et causer des dommages irréversibles. Je ne crois pas que ce soit notre travail de le faire.»

PLUS:pc