NOUVELLES

Les forces syriennes accusées de procéder à des exécutions sommaires à Baba Amr

02/03/2012 05:58 EST | Actualisé 02/05/2012 05:12 EDT

BEYROUTH - Des militants syriens ont accusé les troupes de Bachar el-Assad, vendredi, d'avoir procédé à des exécutions sommaires et brûlé des maisons à Baba Amr, au lendemain de la reprise de ce quartier rebelle de Homs par les forces gouvernementales.

Un convoi d'aide humanitaire transportant des vivres et d'autres articles de première nécessité devait se rendre dans le quartier vendredi, mais les autorités lui en ont finalement refusé l'accès.

Après avoir obtenu le feu vert du régime la veille, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a envoyé vendredi des camions d'aide humanitaire de Damas à Homs, malgré la circulation rendue difficile par la neige. Mais les autorités syriennes ont finalement empêché le convoi d'entrer dans le quartier de Baba Amr.

Jakob Kellenberger, président du CICR, a qualifié cette décision d'«inacceptable», assurant que son équipe resterait à Homs dans l'espoir d'accéder au quartier martyre «dans un avenir très proche».

À New York, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a demandé au gouvernement syrien de permettre immédiatement aux travailleurs humanitaires, «sans conditions préalables», d'avoir accès aux personnes qui ont désespérément besoin d'aide. Il a qualifié les images des violences en Syrie d'«atroces» et d'«intolérables».

Un porte-parole de la Croix-Rouge, Bijan Farnoudi, a déclaré en soirée que les corps du photographe français Rémi Ochlik et de la journalistes américaine Marie Colvin, tués le 22 février lors d'un bombardement à Baba Amr, leur avaient été confiés et qu'ils étaient transportés à Damas.

Bassel Fouad, un militant syrien ayant fui Baba Amr il y a deux jours pour le Liban, a affirmé vendredi qu'un de ses camarades présent sur place lui avait dit que des soldats syriens et des membres des «chabbiha», la milice pro-gouvernementale, ratissaient le quartier maison par maison.

«La situation est pire que terrible à Baba Amr», a déclaré Bassel Fouad. «Les chabbiha entrent dans les maisons et les incendient.»

Selon sa source, les miliciens ont aligné dix hommes vendredi matin devant une coopérative gouvernementale et les ont abattus. D'après lui, les forces du régime enferment dans ce bâtiment de trois étages toute personne de plus de 14 ans.

«Ils ont commencé au début d'une rue, ils sont entrés dans les maisons et les ont fouillées une à une», a-t-il dit. «Puis, ils ont recommencé l'opération dans une autre rue.»

L'Observatoire syrien des droits de l'homme, une organisation établie à Londres, a pour sa part déclaré avoir reçu des informations selon lesquelles dix personnes avaient été tuées vendredi devant une coopérative de Baba Amr. Les Comités locaux de coordination ont quant à eux affirmé que 14 personnes avaient été tuées.

À Genève, le Haut commissariat de l'ONU pour les droits de l'homme a fait état d'informations non confirmées au sujet de «l'exécution sommaire dans des conditions particulièrement monstrueuses» d'au moins 17 personnes.

À Jérusalem, le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a affirmé que son pays était prêt à soigner les Syriens blessés dans le soulèvement contre Bachar el-Assad. Son porte-parole, Tzachi Moshe, a précisé qu'Israël fournirait de l'aide par l'intermédiaire des Nations unies et d'autres organisations internationales.

Le président français Nicolas Sarkozy a par ailleurs annoncé vendredi la fermeture de l'ambassade de France en Syrie. Il s'est dit prêt à augmenter d'«un cran supplémentaire» le soutien à l'opposition syrienne, mais pas à le faire sans mandat de l'ONU.

Le Royaume-Uni avait annoncé la fermeture de son ambassade à Damas la veille, de même que la Suisse. Les États-Unis ont quant à eux fermé leur ambassade au début du mois février et ont évacué leurs derniers employés encore présents à Damas.

PLUS:pc