Avec les étudiants de cégeps, ils seront 100 000 étudiants en grève lundi

Publication: Mis à jour:
GREVE ETUDIANTE QUEBEC
Les étudiants de cégeps monteront plus nombreux dans le train de la grève étudiante à compter de lundi. (Photo PC, Francis Vachon) | CP/Francis Vachon

MONTRÉAL - Les étudiants de cégeps monteront plus nombreux dans le train de la grève étudiante à compter de lundi, ce qui permettra bel et bien au groupe d'atteindre le seuil des 100 000 étudiants, selon le président de la Fédération étudiante collégiale, Léo Bureau-Blouin.

La FECQ, qui n'avait pas donné de mot d'ordre de débrayer à ce jour, l'a fait vendredi, dans une ultime tentative pour contrer la hausse des droits de scolarité à l'université.

Les associations étudiantes qui détenaient un mandat de grève, mais attendaient que le mouvement «national» prenne forme avant de l'exercer, pourront ainsi participer au mouvement d'ensemble.

En fait, ce sont 30 000 membres de la FECQ qui participeront au mouvement général à compter de lundi avec les étudiants d'université.

Il s'agira de grèves illimitées, affirme M. Bureau-Blouin, mais aussi de «grèves reconductibles», c'est-à-dire des mandats qui devront être reconfirmés ponctuellement.

La FECQ affirme s'être résignée à recourir à ce moyen de pression ultime et avoir tout fait pour l'éviter. M. Bureau-Blouin se dit confiant que le gouvernement Charest reculera devant la pression, comme d'autres gouvernements l'ont fait dans le passé.

Même si à ce jour ni la FÉUQ (Fédération étudiante universitaire) ni l'ASSÉ (Association pour une solidarité syndicale étudiante) n'ont réussi à faire reculer le gouvernement du Québec, M. Bureau-Blouin pense que l'entrée en scène de la FECQ pourrait faire changer les choses.

«Dans les 20 dernières années, il y a eu deux mouvements de grève générale: 1996, le gouvernement voulait augmenter les frais de scolarité, les étudiants ont débrayé et celui-ci a reculé; 2005, le gouvernement coupe 103 millions $ de bourses qu'il convertit en prêts, les étudiants ont recouru à la grève générale, le gouvernement a reculé. Si la tendance se maintient, on est confiant que ce moyen-là peut fonctionner», a opiné M. Bureau-Blouin.

Le leader étudiant pense aussi que le contexte politique peut jouer en leur faveur. Il fait même appel au premier ministre Jean Charest en invoquant la paix sociale au Québec.

«On a également le contexte électoral qui pointe à l'horizon. La dernière fois, on a vu une baisse importante de l'appui au gouvernement Charest. On sent également que la tendance semble bouger. On voit que les appuis populaires aux étudiants sont de plus en plus grands. Moi, je pense que le gouvernement, s'il tient à son pouvoir, s'il tient justement à la paix sociale au Québec, il doit s'entendre avec les étudiants», a-t-il commenté.

La hausse des droits de scolarité annoncée dans le budget Bachand 2011-2012 sera de 325 $ par année pendant cinq ans, à partir de l'année scolaire 2012-2013. Ceux-ci passeront donc de 2168 $ en 2011-2012 à 3793 $ en 2016-2017.

La contribution des étudiants, qui représentait 12,7 pour cent des revenus globaux des universités en 2008-2009, atteindra ainsi 16,9 pour cent en 2016-2017.

Sur le web

LaGrève

Frais de scolarité: plus de 30 000 étudiants en grève | Martin Ouellet ...

Bloquons la hausse

Plus de 30 000 étudiants en grève dès lundi - Canoe.ca

1625$ de hausse: ça ne passe pas | Facebook

Le Cégep de Terrebonne tiendra son vote sur la grève le 13 mars ...

Que faire contre la hausse ? « Association Étudiante du module d ...

Gestion et gouvernance scolaires