Rapport du Vérificateur général: Québec voit ses dépenses croître plus que prévu

Jean Charest

Première Publication: 1/03/2012 14:25 Mis à jour: 2/03/2012 10:59

QUÉBEC - Le gouvernement Charest dépense beaucoup plus que prévu, mais grâce à une hausse des revenus dans ses coffres il réussit malgré tout à maintenir le cap vers le retour à l'équilibre budgétaire en 2013-2014.

Le gouvernement semble donc s'en tirer pas trop mal, même si l'état des finances publiques du Québec demeure très précaire, conclut le vérificateur général par intérim, Michel Samson, dans un volumineux rapport rendu public jeudi.

Il note qu'en dépit des efforts du gouvernement, la croissance des dépenses rend difficile le retour projeté à l'équilibre budgétaire à l'échéance fixée, soit dans plus ou moins un an. De plus, les prévisions de dépenses pour les prochaines années ont été revues à la hausse, ce qui n'augure rien de bon non plus.

Par exemple, en 2010-2011, les dépenses de programmes ont dépassé de 2 milliards $ les prévisions faites un an plus tôt, lors de la présentation du Plan de retour à l'équilibre budgétaire.

Pour la période allant jusqu'en 2014, ce sont 9,3 milliards $ de dépenses supplémentaires de programmes qui auront été ajoutées depuis 2009.

Le ministre des Finances, Raymond Bachand, a réagi en se montrant rassurant, disant que les dépenses gouvernementales étaient toujours sous contrôle, malgré ces chiffres accablants. Pour preuve, il a fait valoir que le rythme de croissance des dépenses de l'État ralentissait.

«Les dépenses du gouvernement du Québec montaient de 5 et demi pour cent par année, à peu près, les quatre dernières années. Nous sommes maintenant à un rythme de 3 et demi pour cent, et nous sommes à un rythme qui décroît», a-t-il calculé, en point de presse.

Donc, on dépense toujours plus, mais la courbe d'augmentation évolue plus lentement qu'avant.

Compte tenu de l'inflation, on peut parler de «croissance zéro» des dépenses, selon le ministre Bachand, qui s'est engagé à rendre publique la date de présentation de son budget au début de la semaine prochaine.

Le ministre Bachand a noté que la lutte à l'évasion fiscale donnait des résultats, faisant contrepoids à l'augmentation des dépenses. Mais l'objectif fixé par Québec à ce chapitre présente «un défi de taille», selon le vérificateur.

Ce dernier rappelle que le Québec demeure la province la plus endettée au Canada et que son ratio d'endettement brut par rapport au PIB continuera de croître en 2013, atteignant «un niveau record» de 55,6 pour cent du PIB.

Québec s'est pourtant engagé à maîtriser sa dette, notamment en créant son Fonds des générations. Mais en un an seulement, de mars 2010 à mars 2011, la dette brute du Québec est passée de 53,6 pour cent à 54,3 pour cent du PIB.

Dans ce contexte, «les cibles de réduction de la dette fixées dans la loi pour 2025-2026 demanderont un effort soutenu et un suivi rigoureux», estime le vérificateur.

L'opposition officielle retient surtout du rapport du vérificateur que «les finances du Québec sont mal gérées par le gouvernement libéral», selon le porte-parole en matière de finances, le député de Rousseau, Nicolas Marceau.

«Sous le premier ministre actuel, la dette a augmenté de 55 milliards $. Il est responsable, à lui seul, de 30 pour cent de la dette du Québec», calcule M. Marceau.

Le vérificateur s'est inquiété par ailleurs d'une divergence de vues avec le ministère des Finances quant à l'application d'une nouvelle norme comptable relative aux paiements de transfert, ce qui pourrait avoir des répercussions importantes sur la dette et le déficit.

Dans son rapport, M. Samson déplore, de plus, que des directions d'hôpitaux ne respectent pas la loi, accusant déficit après déficit comme si de rien n'était.

Au total, 67 hôpitaux ont enregistré un déficit en 2010-2011 totalisant 141 millions $, et ce, malgré une loi qui les interdit depuis une dizaine d'années. Pas moins de 38 d'entre eux accusent un déficit depuis au moins cinq ans.

Cette situation apparaît inacceptable, aux yeux du vérificateur. «C'est une pratique qui doit s'améliorer», a convenu le ministre Bachand.

SUIVRE LE Québec

Publié par Patrick White  |