NOUVELLES

Les sorties de disques de la semaine

01/03/2012 06:01 EST | Actualisé 01/05/2012 05:12 EDT

PARIS - Voici une sélection de disques sortis cette semaine:

- Bruce Springsteen: "Wrecking Ball" (Sony)

Après avoir évoqué les traumatismes du 11 septembre 2001 dans "The Rising", dénoncé la guerre en Irak ("Devil's and Dust"), soutenu la campagne de Barak Obama ("Working on a Dream"), le chanteur originaire du New Jersey tire à boulets rouges sur le monde de la finance, responsable selon lui de la crise aux Etats-Unis. Dans "Death To My Hometown", une chanson en forme de gigue irlandaise qui n'aurait pas déplu au groupe The Pogues, il accuse les banquiers d'avoir apporté la mort en ville. Même cible avec "Jack Of All Trades" ou "We Take Care of Our Own". Dans les treize titres du disque, le "Boss" propose une galerie de portraits de l'Amérique profonde. Il alterne les chansons, taillées pour les immenses scènes et les ballades, portées par des choeurs et des violons. Bruce Springsteen se produira en France les 4 et 5 juin à Paris Bercy et le 19 à Montpellier.

- Anaïs: "A l'Eau de Javel" (Polydor)

Anaïs revisite à sa manière douze chansons réalistes effrontées ou poignantes mais toujours sexy. Ce qui montre au passage combien le répertoire d'Eliane Embrun, Marie Dubas, Lily Fayol ou Edith Piaf était souvent très sensuel et osé. Certaines parlaient sans fard de la consommation d'alcool, de cocaïne ou d'absinthe. L'album débute par un sketch. Anaïs imite les auditions de télé-crochet avec la complicité d'André Manoukian. Ensuite, elle habille avec talent les textes de rock mais aussi de pop ou d'électro. Malgré ses sonorités électroniques, le "Sombreros et Mantilles" de Rina Ketty est proche de l'original. Sur "En douce", elle prend l'accent allemand sur fond de bossa, de jazz et de ska. Elle allège le tragique "Mon Dieu" de Michel Vaucaire et Charles Dumont écrit en hommage à Marcel Cerdan pour Edith Piaf. Anaïs s'éloigne de ce répertoire pour adapter en français sans en changer les paroles le "Private Dancer" écrit par le leader de Dire Straits Mark Knopffler et popularisé par Tina Turner. Elle en fait une chanson à la fois funk et musette. Ce troisième opus studio de la chanteuse devrait trouver toute sa dimension sur scène.

- Katie Melua: "Secret Symphony" (Dramatico/ Naïve)

La chanteuse géorgienne qui a déjà vendu plus de 11 millions d'albums à travers le monde revient avec onze nouvelles chansons, dont quatre reprises, aux mélodies pop-folk épurées qui mettent en valeur sa voix unique, à l'image de "Forgetting All My Troubles" dont elle est l'auteur-compositeur. Dans ce cinquième opus, Katie Melua nous fait aussi découvrir ou redécouvrir quatre chansons qu'elle réinterprète de façon très personnelle comme "All Over The World" écrit en anglais par Françoise Hardy, "Gold In Them Hills" du Canadien Ron Sexsmith, "Nobody Knows You When You're Down And Out" de Jimmie Cox et "Moonshine" de Fran Healy, le chanteur du groupe Travis. Ce cinquième opus qui ne contient certainement pas un tube aussi fort que "Nine Millions Bicycle" marque toutefois le retour au premier plan de l'artiste.

- Sinead O'Connor: "How About I Be Me (And You Be You)?" (One Little Indian Records)

On retrouve la chanteuse irlandaise telle qu'on l'avait découverte en 1987, grâce à son premier album "The Lion and the Cobra" puis "I Do Not Want What I Haven't Got" dont a été extrait le tube planétaire "Nothing compares 2 U" écrit par Prince. Même look, crâne rasé, même voix, même fougue rageuse et très engagée aussi. Sur "Take off Your Shoes", l'artiste qui avait, en 1992, déchiré une photo du pape devant les caméras de NBC dénonce les agressions sexuelles qu'auraient subis des enfants dans des établissements scolaires catholiques irlandais et couverts par l'Eglise. Elle chante notamment la rédemption dans "Reason With Me", l'amour véritable ("Old Lady") et reprend avec brio "Queen of Denmark" de John Grant. "Je voulais changer le monde, je n'étais même pas fichu de changer de culotte", rugit Sinead O'Connor qui revient au meilleur niveau.

Sont aussi sortis cette semaine:

- Andy Grammer: "Andy Grammer" (S-Curve Records). Le jeune artiste américain qui commence à se faire un nom dans son pays avec ses mélodies pop telle "Keep Your Head Up" est de plus en plus diffusé sur les radios musicales françaises. Il reprend d'ailleurs ce tube avec Melissa Nkonda qui lui donne la réplique en français.

- Sexion D'Assaut: "L'Apogée" (Jive Epic). Après "L'école des points vitaux" en 2009, vendu à 300.000 exemplaires, le groupe reste dans le répertoire rap pur et dur ("75 degrés", "La tâche", "L'endurance"...) mais lorgne un peu vers la pop ("Melrose Place") voire vers la house ("Wati House").

- Diane Tell: "Rideaux ouverts" (Celluloid). La chanteuse québécoise à qui on doit les tubes "Si j'étais un homme", "Faire à nouveau connaissance" ou bien "La Légende de Jimmy", a écrit et composé avec Serge Fortin ce quatorzième album de douze titres qui racontent une histoire d'amour.

- Caroline Costa: "J'irai" (EMI). C'est le premier album de la chanteuse tout juste âgée de 16 ans, découverte grâce à l'émission "La France a un incroyable talent" sur M6. "Je t'ai menti", ballade pop rock, chantée en duo en français et en anglais avec le jeune Suédois Ulrik Munther en est le premier extrait.

- Caravan Palace: "Panic" (Wagram). Le groupe qui avait vendu 150.000 exemplaires de son premier album poursuit dans la même veine: un mélange d'électro, de sample, de bidouillages et de jazz manouche. Etrange cocktail réussi où les univers musicaux de Django Reinhardt et d'autres proches de Massive Attack se côtoient de manière festive et décalée.

- The Fray: "Scars and Stories" (Epic Records). Le troisième album du groupe auteur en 2005 des tubes "You Found Me" et "How to Save a Life" est produit par le Canadien Brendan O'Brien, collaborateur notamment de The Offspring et Pearl Jam. Cela s'entend sur le premier single "Heartbeat" ou le titre "Munic". The Fray évoque le génocide rwandais sur l'émouvant "The Fighter" et réussit de jolies ballades lancinantes comme "Be Still" qui referme le disque.

- Kap Bambino: "Devotion" ( Warner). Un cinquième album entre rock sans concession et électro où s'invitent parfois des choeurs grégoriens ou des refrains hurlés.

Sont attendus dans les semaines qui viennent:

- Le nouvel album de Mory Kanté "La Guinéenne" sortira le 30 avril chez discograph. L'artiste sera l'invité du festival Babel Med Music à Marseille le 30 mars. Il se verra remettre le Prix Babel Med Music et Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui récompense un artiste ou un professionnel de la musique reconnu pour son engagement et son implication dans le milieu des musiques du monde.

- Après le succès mondial de son album "My One and Only Thrill" en 2009, Melody Gardot revient le 28 mai avec "The Absence" chez Universal Jazz. Melody Gardot a écrit les titres de ce nouvel opus lors de ses divers voyages à travers le monde: dans les déserts du Maroc, les rues de Lisbonne, les bars de Buenos Aires ou les plages du Brésil. AP

xpan/se/ir

PLUS:pc