Huffpost Canada Quebec qc

Les conservateurs dépenseront 12,4 millions $ pour faire la promotion du budget

Publication: Mis à jour:
FLAHERTY
Le gouvernement fédéral consacrera 12,4 millions $ pour des campagnes publicitaires. Sur la photo, le ministre des Finances, Jim Flaherty,(Photo Archives PC) | CP

OTTAWA - Le gouvernement fédéral consacrera 12,4 millions $ pour des campagnes publicitaires qui reprennent les mêmes thèmes que le prochain budget conservateur.

Le gros de ces dépenses provient de l'Agence du revenu du Canada, qui a prévu un budget de 7,5 millions $ pour sa campagne publicitaire de la période des impôts, qui a débuté en janvier, et qui véhicule le message central de «création d'emplois et de croissance».

Le ministère des Finances, de son côté, a réservé 4,9 millions $ pour une campagne semblable qui reprend le mantra d'«emplois et de croissance» à trois reprises dans chaque publicité de 30 secondes.

Dans cette publicité, la voix hors-champ souligne au tout début de l'extrait que «le plan d'action économique du Canada favorise la création d'emplois et la croissance», pour ensuite le répéter à deux autres reprises, et ce pendant que des comédiens se déplacent dans un faux café ressemblant à s'y méprendre à un Tim Hortons.

«Les réductions d'impôts travaillent pour les Canadiens, aident à créer de l'emploi et favorisent la croissance économique», indique de son côté le slogan des trois publicités de l'Agence du revenu.

Les deux campagnes se poursuivront durant le mois de mars.

Le site Internet du Plan d'action économique du Canada mentionne que celui-ci est «axé sur l'emploi et la croissance». Cette indication se trouve directement au-dessus de liens vers les publicités télévisées du ministère des Finances. Plus bas sur la page, on trouve un «blogue création d'emplois et croissance».

Or, le ministre des Finances, Jim Flaherty, a annoncé cette semaine que le budget serait déposé le 29 mars et qu'il serait axé sur «les emplois et la croissance».

En fait, la phrase a été répétée lors d'annonces gouvernementales et lors de déclarations de députés depuis des mois, étant utilisée pour promouvoir un éventail de nouvelles, allant de la réduction des tracasseries bureaucratiques à une entente de gouvernement autodéterminé avec la Première Nation ontarienne de Whitecap-Dakota.

Selon des économistes, l'ironie de la chose est que ce message gouvernemental, et sa promotion payée par les contribuables, survient à la veille d'un budget qui, selon les ministres conservateurs, prévoira d'importantes réductions des dépenses gouvernementales, ce qui pourrait freiner la croissance économique.

Et selon Jonathan Rose, un expert en communication politique de l'Université Queen's, le gouvernement Harper ne devrait pas utiliser l'argent des contribuables pour des annonces partisanes faisant la promotion d'un budget qui n'a même pas encore été présenté.

Ajoutant l'insulte à l'injure, la banque de données nationales sur les emplois du site Internet de Services Canada est hors service depuis au moins deux semaines en raison de difficultés techniques pendant que les publicités sur «l'emploi et la croissance» inondent les ondes.

Scott Brison, le porte-parole libéral en matière de finances, a qualifié les onéreuses publicités d'«hypocrisie suscitant l'admiration» pour un gouvernement prêchant la sobriété fiscale.

«Ils réduisent les dépenses de programmes essentiels pour les Canadiens pendant qu'ils gaspillent des millions de dollars dans des publicités faisant leur auto-promotion. Et c'est impossible de défendre cela», a dit M. Brison.

Le gouvernement Harper s'est fait reprocher à plusieurs reprises d'utiliser des fonds des budgets des ministères pour des publicités conservatrices partisanes.

Sur le web

Le budget du Québec sera présenté avant le budget fédéral

Budget fédéral: Aubin se montre prudent

Le budget parlementaire fait face aux compressions des conservateurs

Les dépenses militaires n'ont jamais été aussi élevées depuis 1945

Projet de loi C-10: des coûts de 137 millions $ pour les provinces

Dany Morin inquiet du prochain budget