NOUVELLES

La rémunération du grand patron de la Banque Nationale explose de 48 pour cent

01/03/2012 04:25 EST | Actualisé 01/05/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - La rémunération totale du grand patron de la Banque Nationale (TSX:NA), Louis Vachon, a explosé de 48 pour cent en un an pour atteindre 8,47 millions $ en 2010-11.

À lui seul, le salaire de base de M. Vachon a fait un bond de 12 pour cent, s'élevant à près de 955 000 $. À cela se sont ajoutés une prime en argent de 1,8 million $, des attributions à base d'actions et d'options chiffrées à 4,5 millions $ ainsi que 994 000 $ au titre de son régime de retraite.

Les quatre autres dirigeants les mieux payés de la banque ont pour leur part eu droit à une augmentation de leur rémunération totale oscillant entre 10 et 60 pour cent sur un an.

Dans un communiqué publié jeudi, l'institution a soutenu avoir apporté une «modification structurelle à la rémunération totale directe cible du poste de président et chef de la direction puisqu'elle était nettement inférieure à celle du marché de référence et ce même en tenant compte de la taille relative de la banque».

«Le conseil d'administration est convaincu que l'avenir de la banque est entre bonnes mains, que ses dirigeants et ses quelque 19 000 employés ont à coeur de concilier les intérêts des clients et la prospérité des actionnaires», a déclaré le président du conseil, Jean Douville, en soulignant la bonne performance financière de l'institution au cours des dernières années.

Résultats

La Banque Nationale a par ailleurs publié jeudi les résultats de son premier trimestre. Grâce à une bonne croissance des prêts et à la bonne tenue du secteur des marchés financiers, l'institution montréalaise a affiché des profits nets en légère progression.

Au cours de la période qui a pris fin le 31 janvier, la banque a enregistré un bénéfice net de 332 millions $ (1,99 $ par action), en hausse de trois pour cent par rapport aux 322 millions $ (1,86 $ par action) dégagés un an plus tôt.

Les résultats ont largement surpassé les attentes des analystes financiers, qui tablaient en moyenne sur un bénéfice par action de 1,82 $.

Les revenus trimestriels ont totalisé 1,24 milliard $, en hausse de sept pour cent.

La rentabilité des services bancaires aux particuliers et aux entreprises à crû de neuf pour cent alors que celle de la gestion de patrimoine a chuté de 31,3 pour cent. Les profits du secteur des marchés financiers ont toutefois progressé de 13,2 pour cent.

Le rendement des capitaux propres, un indicateur-clé de la performance des institutions financières, a reculé, s'établissant à 21,8 pour cent, contre 22,3 pour cent pendant le même trimestre de l'année précédente.

Le ratio du capital de première catégorie est également en baisse, atteignant 12,7 pour cent à la fin janvier, contre 13,6 pour cent trois mois plus tôt, en raison notamment de l'acquisition de la division des services-conseils en placement de Valeurs mobilières HSBC Canada et de l'adoption des normes comptables internationales (IFRS).

Louis Vachon a soutenu que la Banque Nationale affichait une «excellente qualité du crédit» et continuait de «gérer prudemment ses coûts».

L'institution a par ailleurs annoncé jeudi qu'elle recommandait l'élection de Lino Saputo fils, grand patron de Saputo (TSX:SAP), et de Maryse Bertrand, vice-présidente à CBC/Radio-Canada, à son conseil d'administration. Ils remplaceront Nicole Diamond-Gélinas, Jean Gaulin et Marc Tellier, pdg de Yellow Media (TSX:YLO).

L'assemblée annuelle des actionnaires doit avoir lieu le 4 avril à Montréal.

Les résultats ont été publiés après la fermeture des marchés. L'action de la Banque Nationale a clôturé à 77,48 $ jeudi, en hausse de 0,5 pour cent, à la Bourse de Toronto.

PLUS:pc