NOUVELLES

La mort de trois enfants aurait pu être évitée en C.-B., selon un rapport

01/03/2012 09:33 EST | Actualisé 01/05/2012 05:12 EDT

VICTORIA - Trois enfants vulnérables assassinés par leur père souffrant de maladie mentale auraient pu être sauvés si le filet de sécurité sociale de la Colombie-Britannique fonctionnait correctement, tranche un rapport accablant du commissariat à la protection de l'enfance qui a immédiatement poussé le gouvernement à s'excuser auprès de la mère en deuil.

Kaitlynne, Max et Cordon, respectivement âgés de 10, huit et cinq ans, sont morts de manière horrible en avril 2008 dans la ville de Merritt, en Colombie-Britannique. Ils avaient souffert d'existences faites de bouleversements et d'anxiété causés par de la violence familiale et les maladies mentales et dépendances non traitées de leur père, indique le document de la Independent Children's Representative de la province, Mary Ellen Turpel-Lafond.

Allan Schoenborn, qui a fait l'objet d'une chasse à l'homme nationale après la découverte des corps de ses enfants, a été reconnu criminellement non responsable des meurtres en raison de sa déficience intellectuelle.

Le travailleur journalier au chômage a été arrêté et relâché à trois reprises au cours de la semaine précédant la mort des enfants, et 14 professionnels ont travaillé avec la famille.

Le rapport de Mme Turpel-Lafond précise que le décès des enfants Schoenborn aurait pu être évité.

Selon la commissaire, si le système avait fonctionné correctement, y compris en vertu des normes en place à l'époque, il y aurait eu une très forte probabilité que la mort de ces enfants aurait été évitée.

La première ministre Christy Clark s'est levée en Chambre pour s'excuser officiellement auprès de la mère dévastée des enfants, Darcie Clarke.

Au dire de Mme Clark, la province peut et doit faire mieux. La chef du gouvernement a ajouté que l'État allait mettre en oeuvre les recommandations du rapport et trouver les ressources nécessaires pour protéger les enfants.

La ministre de l'Enfance Mary McNeil a dit que son ministère mettrait sur pied une unité sur la violence familiale pour travailler avec un nouveau comité pangouvernemental qui visera à développer un plan d'action pour soutenir les enfants et les familles touchées par la violence familiale.

Mme McNeil a admis que celle nouvelle unité ne disposait pas d'argent frais, mais a souligné que le plan d'action attendu pour le 31 juillet comprendra des cibles et des délais d'exécution.

PLUS:pc