Dernier jour de cotisations à un REER pour réduire l'impôt de 2011

Publication: Mis à jour:

TORONTO - En ce dernier jour de février, les Canadiens ont une dernière occasion de cotiser à leur Régime enregistré d'épargne-retraite (REER) pour l'année d'imposition 2011.

De nombreuses institutions financières offrent des heures d'ouverture prolongées pour permettre aux retardataires de contribuer à leur régime personnel. Il semble cependant que les Canadiens qui ont décidé de s'abstenir cette année sont nombreux.

Un récent sondage réalisé par la Banque Scotia a révélé que près de 39 pour cent des Canadiens avaient l'intention de contribuer à un REER pour l'année 2011. C'est une baisse considérable comparativement à la proportion de 53 pour cent enregistrée un an plus tôt.

Pour sa part, la banque CIBC a publié la semaine dernière un sondage révélant qu'environ le quart des Canadiens qui avaient prévu mettre de l'argent dans leur REER ne l'avaient pas encore fait. Et la moitié d'entre eux ont déclaré qu'ils prévoyaient attendre au tout dernier moment pour le faire.

Selon Gabriel Lancry, gestionnaire de portefeuilles et conseiller principal en gestion de patrimoine chez Scotia McLeod, cette tendance à la baisse s'explique notamment par le boom immobilier. Il estime que plusieurs Canadiens se sont récemment endettés pour acquérir une propriété, ce qui empêche plusieurs personnes de cotiser à un REER cette année en raison de leur position financière plus précaire.

M. Lancry ne croit pas que le vieillissement de la population canadienne soit à l'origine d'une diminution des cotisations à un REER. Il croit que plus les Canadiens approchent de l'âge de la retraite, plus ils sont motivés à épargner pour leurs vieux jours.

Puisqu'un REER est considéré comme l'un des rares abris fiscaux au Canada, le gestionnaire chez Scotia McLeod estime qu'il est toujours avantageux de cotiser, puisqu'il s'agit d'un «capital acquis», selon lui.