NOUVELLES

Cogeco met fin à son aventure portugaise en revendant Cabovisao à perte

29/02/2012 11:49 EST | Actualisé 30/04/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Moins de six ans après avoir déboursé 660 millions $ pour mettre la main sur Cabovisao, Cogeco Câble (TSX:CCA) a revendu sa filiale portugaise pour 45 millions d'euros, soit à peine 60 millions $.

L'acheteur est le groupe européen Altice, qui est copropriétaire de câblodistributeurs en France, en Belgique et au Luxembourg.

La clôture de la transaction a déjà eu lieu. Le prix de vente pourrait toutefois «faire l'objet d'ajustements (postérieurs) pour certaines réclamations contingentes», a indiqué Cogeco mercredi dans un communiqué.

L'analyste Phillip Huang, de la banque UBS, a souligné que le prix obtenu par Cogeco était «très faible» par rapport à la somme payée en 2006.

M. Huang a toutefois soutenu que la transaction allait dissiper l'«ombre» qui planait au-dessus de Cogeco depuis plusieurs années en raison de la rentabilité moindre de Cabovisao en comparaison avec celle des activités canadiennes.

Les investisseurs lui ont donné raison: l'action de Cogeco Câble a gagné 2,3 pour cent mercredi pour clôturer à 48,49 $, alors que celle de sa société-mère, Cogeco, s'est appréciée de 3,2 pour cent pour terminer la séance à 48,90 $, à la Bourse de Toronto.

Phillip Huang s'attend à ce que Cogeco utilise le produit de la vente pour faire croître ses services aux entreprises et pour récompenser ses actionnaires. Il estime que l'entreprise pourrait facilement augmenter son dividende, notant qu'elle ne verse actuellement que 22 pour cent de ses profits à ses actionnaires.

Rappelons que Cogeco avait terminé la radiation complète de son investissement dans Cabovisao l'an dernier, ce qui avait grevé ses résultats financiers. Une première radiation avait été inscrite en 2009.

Malgré plusieurs années d'efforts, Cogeco n'a jamais vraiment réussi à redresser la situation financière de Cabovisao. En plus d'affronter des géants fort combatifs comme Portugal Telecom et Zon, la filiale a souffert, ces dernières années, des graves problèmes économiques du pays.

C'est donc la fin d'une aventure pénible pour l'entreprise montréalaise et, de fait, pour bien des investisseurs québécois.

Avant que Cogeco ne l'acquière, Cabovisao appartenait à la compagnie longueuilloise Câble Satisfaction International (CSII), qui était alors en instance de faillite. Des milliers d'investisseurs avaient perdu des millions de dollars dans cette déroute financière, tout comme la Caisse de dépôt, qui avait englouti 90 millions $ dans CSII.

Cogeco Câble est le deuxième câblodistributeur en importance en Ontario et au Québec. Cogeco possède également un grand réseau de stations de radio au Québec.

PLUS:pc