NOUVELLES

Aung San Suu Kyi croit que les sanctions du Canada aident la Birmanie

29/02/2012 10:48 EST | Actualisé 30/04/2012 05:12 EDT

OTTAWA - L'imposition de sévères sanctions par le Canada à l'égard de la Birmanie aide le pays dans sa longue route vers la démocratie, a déclaré mercredi la principale figure de l'opposition birmane, Aung San Suu Kyi.

La lauréate d'un prix Nobel de la paix s'est adressée pour la première fois à des Canadiens, depuis sa demeure en Birmanie, où elle a passé la majeure partie des 20 années d'assignation à résidence, par le biais d'une retransmission Internet.

Durant environ une demi-heure, la femme de 66 ans, l'une des cinq personnes au monde à avoir reçu la citoyenneté d'honneur canadienne, s'est exprimée devant des étudiants et des ressortissants birmans rassemblés dans l'auditorium de l'université Carleton, à Ottawa.

«Le Canada nous a beaucoup aidé dans notre transition vers la démocratie», a affirmé celle qui est devenue au fil des ans un symbole mondial de résistance pacifique devant l'oppression.

Elle a indiqué que l'embargo décrété par Ottawa et d'autres gouvernements dans le monde exerçait une pression économique sur les nouveaux dirigeants civils de son pays et les poussait à mettre en oeuvre des réformes.

Après un demi-siècle de junte militaire, la Birmanie a tenu des élections l'an dernier et transféré le pouvoir à un gouvernement civil. En janvier, environ 300 prisonniers politiques, incluant des activistes, des leaders religieux et des journalistes, ont été libérés.

Aung San Suu Kyi, qui profite désormais d'une plus grande liberté, mène actuellement sa campagne en vue d'élections partielles.

«Vous pouvez continuer à nous aider en restant informés de ce qui se passe en Birmanie», a-t-elle dit à l'audience mercredi. «Ne soyez pas trop optimistes. Ne soyez pas trop pessimistes. Essayez de voir les choses telles qu'elles sont et de rester en contact avec les Birmans ordinaires.»

Le parti de Mme Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie, avait remporté une victoire écrasante au scrutin de 1990, mais avait été écarté du pouvoir par les militaires.

La formation politique a maintenant le droit de se présenter et brigue 48 sièges aux élections parlementaires partielles qui auront lieu en avril. Même si le parti les gagne tous, il sera minoritaire au Parlement.

Aung San Suu Kyi a toutefois affirmé mercredi que tout gain pour la Ligue signifiera que la voix du peuple birman pourra enfin commencer à être entendue.

PLUS:pc