NOUVELLES

Un islamiste élu à la présidence de la chambre haute en Égypte

28/02/2012 06:37 EST | Actualisé 29/04/2012 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - La nouvelle chambre haute du Parlement égyptien a choisi mardi un islamiste au poste de président, consolidant ainsi le contrôle du parti Liberté et Justice des Frères musulmans sur les deux chambres législatives.

L'élection du professeur de pharmacologie Ahmed Fahmy en tant que président du Conseil de la choura est survenue lors de la séance inaugurale de la chambre. Saad el-Katatni, lui aussi membre du parti Liberté et Justice, a été élu à la présidence de l'Assemblée du peuple le 23 janvier.

Les Frères musulmans sont l'organisation islamique la plus ancienne et la plus puissante d'Égypte. Les membres du parti affilié ont remporté un peu moins de la moitié des 508 sièges de la chambre basse et 106 des 180 sièges élus du Conseil de la choura. Quatre-vingt-dix autres parlementaires doivent être nommés par les généraux qui dirigent l'Égypte depuis la chute du président Hosni Moubarak.

Les généraux devraient laisser la nomination des 90 parlementaires au futur président, qui doit être élu d'ici la fin du mois de juin. Les militaires ont promis de céder le pouvoir à un gouvernement civil après l'élection d'un président.

Les salafistes, des islamistes ultraconservateurs, ont aussi obtenu un bon résultat dans les deux chambres lors des élections législatives, arrivant deuxièmes derrière le parti Justice et Liberté et donnant au Parlement un caractère clairement islamiste. Les deux chambres doivent tenir une séance commune cette semaine pour choisir un comité de 100 membres qui devra rédiger la nouvelle Constitution.

Les militants progressistes et laïques qui ont mené les manifestations ayant conduit à la chute du régime l'an dernier ont obtenu un mauvais score au Conseil de la choura, répétant leur échec cuisant lors des élections pour l'Assemblée du peuple.

Comme ce fut le cas lors de la séance inaugurale de l'Assemblée du peuple, les membres salafistes du Conseil de la choura ont improvisé en prêtant serment mardi. Le serment officiel se termine par une promesse de respecter la Constitution et la loi, mais plusieurs élus salafistes ont ajouté «la loi de Dieu» ou «en autant qu'il n'y ait pas de contradiction avec la loi de Dieu» à leur serment.

PLUS:pc