NOUVELLES

Syrie: Nicolas Sarkozy ne peut confirmer l'évacuation d'Édith Bouvier

28/02/2012 10:35 EST | Actualisé 29/04/2012 05:12 EDT

MONTPELLIER, France - Revenant sur de précédentes déclarations, le président français Nicolas Sarkozy a dit mardi soir ne pas être en mesure de confirmer que la journaliste française Édith Bouvier, blessée à Homs en Syrie, avait pu être évacuée au Liban.

Les informations «qu'on reçoit sont extrêmement complexes à analyser et donc il n'est pas confirmé que Mme Bouvier soit aujourd'hui en sécurité au Liban», a dit le président français.

«C'est vrai que nous travaillons sur cette exfiltration, mais pour le moment je ne peux pas vous la confirmer», a dit M. Sarkozy devant la presse. «Tout à l'heure j'ai été imprécis, je m'excuse auprès de vous», a reconnu le président français, soulignant que «les communications avec Homs sont très difficiles».

Un peu plus tôt, devant les journalistes, le président français s'était félicité de l'évacuation de la journaliste, se disant «très heureux pour elle».

«Je suis heureux que ce cauchemar prenne fin», avait déclaré le chef de l'État, reconnaissant que «ça n'a pas été une négociation extrêmement facile, vraiment pas».

La rédaction du «Figaro», où travaille Édith Bouvier, a dit ne pouvoir confirmer aucune nouvelle mais continuer de travailler pour faire évacuer la journaliste.

Un peu plus tôt mardi, deux mouvements de l'opposition syrienne avaient annoncé que le journaliste britannique Paul Conroy, lui aussi blessé en Syrie la semaine dernière, avait été évacué au Liban. Les deux journalistes ont été blessé mercredi à Homs, dans l'attaque dans laquelle leurs confrères, l'Américaine Marie Colvin et le Français Remi Ochlik, ont été tués.

PLUS:pc