Romney l'emporte en Arizona et dans le Michigan

Mitt Romney Michigan

Première Publication: 28/02/2012 21:06 Mis à jour: 28/02/2012 23:14

DETROIT, 29 février 2012 (AFP) - Le modéré Mitt Romney a remporté mardi les primaires républicaines organisées dans l'Arizona et le Michigan, préservant son statut de favori pour affronter Barack Obama lors de la présidentielle de novembre aux Etats-Unis.

Après dépouillement des trois quarts des bulletins de vote dans le Michigan (nord), le multimillionnaire a remporté 41% des suffrages contre 37% à son adversaire ultraconservateur Rick Santorum. Une défaite dans le Michigan, son Etat natal et dont son père a été gouverneur, aurait pu gravement handicaper M. Romney dans sa course à l'investiture républicaine.

"Pas plus tard qu'il y a une semaine, experts et sondeurs ne nous donnaient plus aucune chance, mais j'ai continué à rencontrer mères, pères, étudiants et grands-parents (...) et ce soir leurs efforts ont donné une grande victoire à notre campagne dans ces deux Etats", a déclaré Mitt Romney à ses partisans, avant de peindre un bilan dramatique de la présidence Obama.

M. Romney a également remporté l'Arizona (sud-ouest), Etat où sa victoire faisait moins de doute, avec 43% des voix contre 28% à M. Santorum.

Ses deux autres rivaux, l'isolationniste Ron Paul et l'ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich, qui n'avaient pas fait campagne dans les deux Etats en jeu mardi, étaient loin derrière dans le Michigan, avec respectivement 12% et 7% des voix.

M. Gingrich, autre candidat ultraconservateur aux positions populistes, n'a cependant pas dit son dernier mot, préservant ses forces et ses fonds de campagne pour la dizaine d'Etats qui seront en jeu le 6 mars à l'occasion du "Super mardi".

Avec sa victoire dans l'Arizona et le Michigan, M. Romney a désormais remporté six Etats, contre quatre à M. Santorum et un seul à M. Gingrich. Mieux organisé et financé que ses rivaux, il est largement en tête dans la course aux délégués nécessaires pour l'emporter.

S'adressant à ses partisans du Michigan, M. Santorum a fait valoir qu'il jouait sur les terres de l'enfant du pays mais s'est dit satisfait de son score.

"Nous avons réussi à occuper le jardin de l'un de nos opposants dans une course que toute le monde nous conseillait d'oublier parce que nous étions censés n'avoir aucune chance ici", a déclaré Rick Santorum devant ses partisans réunis à Grand Rapids.

Ce catholique ultraconservateur est parvenu à rassembler autour de sa candidature nombre de républicains qui jugent M. Romney trop modéré. Mais son opposition sans concession au droit à l'avortement, même en cas de viol, et à la contraception, risqueraient de lui aliéner les électeurs centristes s'il devait être choisi par les républicains pour affronter Barack Obama.

Résultat, des électeurs démocrates ont délibérément voté mardi pour M. Santorum dans le Michigan, Etat où tout électeur avait le droit de voter lors de la primaire républicaine. Ils pensaient ainsi faire le jeu du président Obama, M. Santorum ayant selon les sondages moins de chances que M. Romney de l'emporter lors de la présidentielle.

M. Obama a d'ailleurs affiché mardi une confiance sans faille en affirmant qu'il lui restait encore "cinq ans" au pouvoir, écartant ainsi toute possibilité de défaite face à un républicain.

Les victoires de M. Romney ne lui garantissent cependant pas l'investiture car la route est longue jusqu'à la convention nationale du parti fin août en Floride. Dans l'Ohio, où les électeurs voteront la semaine prochaine, un sondage de l'université de Quinnipiac donne ainsi une avance de sept points à M. Santorum (36%) face à M. Romney (29%).

SUIVRE LE Québec

Publié par Geoffrey Dirat  |