NOUVELLES

Prêt-à-porter: rouge passion chez Lopes, femmes graphiques chez Charlier

28/02/2012 01:27 EST | Actualisé 29/04/2012 05:12 EDT

PARIS - Parisiennes en ombres chinoises aux courbes "en sablier" chez Fatima Lopes ou silhouettes graphiques chez Cédric Charlier: les présentations des collections de prêt-à-porter pour l'automne/hiver 2011-2012 ont débuté en douceur mardi et revisité plusieurs facettes des classiques parisiens.

Ouvrant comme à son habitude le calendrier, la créatrice portugaise Fatima Lopes, une fidèle des podiums parisiens, a accentué son travail de recherche autour des courbes féminines dans un univers rouge passion, adouci par quelques notes aériennes jouées au violoncelle.

Pour ce faire, la créatrice s'est amusée avec la bichromie sur des robes de cuir "trompe l'oeil" sur lesquelles le motif "sablier" noir se découpe sur le fond sable neutre. En Parisiennes exacerbées, toutes affublées d'un bibi vissé sur la tête, les belles de Lopes affichent du coup des tailles de guêpe dans leurs faux jumpsuits en fins cuirs d'agneau glacé bicolores.

Inspirée par le mélange des matières, elle ose le "layering", un travail en multicouches qui fait cohabiter sur la même mini-robe de soie grège imprimée des pans mauves asymétriques de vison rasé et de cuir laqué couvrant une seule épaule. Dans le détail, des lacérations en lamelles horizontales du cuir découvrent ici un bras, là le galbe d'une cuisse.

Des frises de plumes rouge sang courent le long d'une encolure; plus loin, des inserts de guipure noire frisottent en cascade sur les flancs d'une robe longue en satin, largement fendue sur le côté. Des vestes courtes, ou plutôt des hybrides entre le boléro et le perfecto, voient leurs manches transformées en soufflets d'accordéon, excepté les avant-bras, entièrement habillés de renard mauve.

Pour son tout premier défilé, Cédric Charlier, fraîchement remercié l'an dernier de Cacharel malgré quatre saisons honorables, a fait mardi ses premiers pas dans la cour des grands. Après avoir vu sa première collection, l'on s'inquiète moins de son devenir.

Diplômé de l'Ecole nationale supérieure des arts visuels de Bruxelles, le jeune créateur belge plutôt discret a parachevé sa formation au côté de Michael Kors chez Céline, Jean-Paul Knott et Alber Elbaz. Pour la marque qui porte son nom, il a signé un contrat de licence de cinq ans pour la fabrication et la distribution mondiale de sa ligne avec le groupe Aeffe.

Extrêmement graphique et bâti autour d'une ligne épurée, son dressing fait alterner de longs manteaux de laine marine à la coupe militaire à hauts cols et les robes "trois matières" de jersey de laine, vinyle et popeline légère. Proposé dans une palette de nuances neutres (anthracite, bleu pétrole et chair), ce vestiaire s'autorise comme seule couleur franche un bleu électrique pour un pull de maille côtelé ouvert sur le côté.

En filigrane, des nuances métalliques cuivrées apparaissent ici et là: en boutons de manteau, sur le faux col roulé d'une robe bleu nuit ou sur de larges zips bardant une veste ou encore fermant une longue chemise de soie en trapèze. AP

xrao/jba/mw

PLUS:pc