NOUVELLES

Oléoduc Northern Gateway: la ville de Prince Rupert dit non

28/02/2012 02:07 EST | Actualisé 29/04/2012 05:12 EDT

PRINCE RUPERT, C.-B. - La ville de Prince Rupert, en Colombie-Britannique, s'est ajoutée lundi à la liste des municipalités qui s'opposent au projet de construction de l'oléoduc d'Enbridge, le Northern Gateway.

Les conseillers municipaux de la localité ont adopté à l'unanimité une résolution récemment approuvée par le district régional de Skeena-Queen Charlotte selon laquelle un risque de déversement pétrolier est à craindre dans l'éventualité où les superpétroliers transporteraient le pétrole albertain vers les marchés asiatiques.

La conseillère municipale Jennifer Rice a soutenu que le silence de la Ville de Prince Rupert aurait pu être interprété comme une approbation de ce projet d'une valeur de 5,5 milliards $, qui prévoit de faire transiter le pétrole albertain par la Colombie-Britannique jusqu'au port pétrolier de Kitimat, dans le nord-ouest de la province, où seraient amarrés des superpétroliers prêts à livrer l'or noir à des clients asiatiques.

Des conseillers de Terrace, une municipalité située à 150 kilomètres à l'ouest de Prince Rupert, s'étaient opposés au projet il y a deux semaines. À ce moment-là, le ministre de l'Énergie de la Colombie-Britannique, Rich Coleman, avait critiqué la démarche des élus municipaux. Il avait conseillé au conseil municipal de suivre la consigne du gouvernement provincial et de demeurer neutre jusqu'à ce que l'étude environnementale commandée par le gouvernement fédéral soit déposée.

La Commission d'examen conjoint de l'Agence canadienne d'évaluation environnementale qui se penche sur ce mégaprojet visitait mardi Old Massett, dans l'archipel d'Haida Gwaii, pour une journée d'audiences publiques.

PLUS:pc