NOUVELLES

Mitt Romney triomphe aisément en Arizona et résiste à Santorum au Michigan

28/02/2012 12:25 EST | Actualisé 29/04/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - Après avoir été menacé de subir une gênante défaite dans l'État où il a vu le jour, Mitt Romney est finalement parvenu, bien que difficilement, à triompher lors du scrutin primaire au Michigan, mardi soir, complétant ainsi un doublé après sa victoire sans conteste dans l'État de l'Arizona.

Après le dépouillement des bureaux de scrutin dans 99 pour cent des comtés de l'État du Michigan, M. Romney obtenait le soutien de 41 pour cent des électeurs, comparativement à 38 pour cent pour Rick Santorum, son plus sérieux rival à l'investiture républicaine en vue de la présidentielle de novembre. Ron Paul se classait troisième, avec 12 pour cent des appuis, contre 7 pour cent pour Newt Gingrich.

En Arizona, M. Romney avait amassé 47 pour cent des votes après le dépouillement de 94 pour cent des bureaux de scrutin, alors que M. Santorum obtenait l'appui de 27 pour cent. MM. Gingrich et Paul se sont contentés de 16 et 8 pour cent des votes, respectivement.

Au Michigan, trente délégués étaient à l'enjeu, répartis en proportion des votes récoltés par les candidats dans les districts électoraux. L'Arizona offrait 29 délégués, tous octroyés à M. Romney.

Si la victoire de M. Romney en Arizona n'a jamais fait de doute, ayant été annoncée quelques minutes à peine après la fermeture des bureaux de scrutin, à 21 h, M. Romney a dû patienter plus de deux heures après la fermeture des bureaux de scrutin, à 20 h, avant d'obtenir la confirmation de son triomphe au Michigan.

Via son compte Twitter, M. Romney a manifesté sa satisfaction, et sa détermination.

«Je suis très fier de mes racines au Michigan, et heureux d'avoir reçu un tel appui, ici, au cours de ces dernières semaines. Et attaquons maintenant les scrutins de mars!»

Il y a encore quelques semaines, le Michigan s'annonçait comme une prise facile pour Mitt Romney. L'ancien gouverneur du Massachusetts a grandi dans cet État du Midwest, où son père a servi comme gouverneur et dirigé une entreprise automobile aujourd'hui disparue. Mais c'était sans compter sur la percée de l'ultraconservateur Rick Santorum, qui s'est imposé au début du mois dans le Colorado, le Minnesota et le Missouri.

M. Santorum se trouvait déjà en Ohio, mardi soir — l'un des dix États en jeu lors du «Super Tuesday» — lorsqu'il a été informé du verdict au Michigan.

«Il y a un mois, ils ne savaient pas qui nous étions; aujourd'hui, ils le savent», a lancé l'ancien sénateur de la Pennsylvanie devant de bruyants partisans, tout en promettant de maintenir sa ligne conservatrice.

Le candidat républicain qui affrontera le président sortant Barack Obama lors de la présidentielle de novembre sera désigné à la fin du mois d'août, lors de la convention nationale du Grand Old Party à Tampa, en Floride.

Pour obtenir l'investiture, un candidat doit obtenir les voix d'au moins 1144 des délégués issus des primaires.

PLUS:pc