Canada: des dépenses militaires en hausse malgré les coupes budgétaires

F35

Le Huffington Post Québec   Première Publication: 28/02/2012 18:58 Mis à jour: 28/02/2012 19:15

Le gouvernement fédéral s'apprête à effectuer d'importantes coupes budgétaires un peu partout. Les ministères vont devoir se serrer la ceinture. Un, en revanche, n'a pas trop à s'inquiéter : celui de la Défense nationale.

Le ministère de la « dépense nationale » capte toutes les hausses de budget, alors que, dans le même temps, tous les autres voient leur budget fondre. En entrevue pour Le Huffington Post Québec, Philippe Hurteau, chercheur à l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS), indique que depuis que Stephen Harper est premier ministre, les dépenses militaires ont augmenté de 54,2% entre 2005-2006 et 2010-2011 pour s'établir à 22,3 milliards cette année-là. De plus, selon la Stratégie de défense Le Canada d'abord, les dépenses devraient culminer à près de 32 milliards de dollars à l'horizon 2027-2028.

Dans sa note socio-économique sur l'évolution des dépenses militaires canadiennes et son effet sur le budget fédéral, le chercheur affirme que l'on « constate que le niveau actuel des dépenses militaires au Canada est plus élevé qu’à n’importe quel moment depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ». Les dépenses militaires sont 50% plus élevés que leur niveau moyen depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. De plus, exception faite de la Guerre du Vietnam, le Canada et les États-Unis ont un niveau de dépenses similaire.

De 1,1% du PIB en 2000, la part consacrée à la Défense nationale est de 1,6% présentement, soit presque au même niveau qu'en 1994. Les pays de l'OCDE dépensent en moyenne 1,3% de leur PIB pour la Défense, ce qui fait du Canada, l'un des pays du monde qui a les plus importantes dépenses militaires.

Philippe Hurteau soutient que « si nous ramenions les dépenses militaires au niveau de 2005, c'est 4,7 Md$ qui seraient disponibles dans le budget du gouvernement fédéral et qui pourraient servir à financer d'autres services ou, du moins, à éviter qu'on ne les coupe ».

Il faut cependant relativiser cette explosion du budget de la Défense nationale, puisqu'elle inclut la guerre en Afghanistan. La présence canadienne en Afghanistan aura coûtée à elle seule près de 15 Md$ entre 2001 et 2011.

De l’Afghanistan à l’Arctique

Avec la fin de la mission de combat en Afghanistan, on aurait pu s’attendre à une diminution des dépenses… La réalité est tout autre et on se tourne désormais vers la souveraineté en Arctique et le rayonnement militaire du pays sur la scène internationale. « Notre frontière par l’Arctique est menacée? Celle avec les États-Unis peut-être? Non, tout est question d’image et de rayonnement à l'étranger. »

Mais à cela, il faut ajouter des dépenses dites « exceptionnelles ».

Ainsi, pour la période courant jusqu'à la fin de la décennie 2020, le Canada investira 60 Md$ dans des avions de chasse F-35, des avions C-17 et C-130, des hélicoptères CH-47F, des destroyers, des frégates, etc.

Et le personnel ? Plusieurs services des Forces canadiennes se plaignent de manquer de personnel et de moyens. Un employé civil de la Défense nationale, nous a confié, sous le couvert de l'anonymat parce qu'il n'était autorisé à discuter de ces questions, devoir tout faire lui-même dans son service, puisqu'il est désormais tout seul et sans budget de fonctionnement!

« C’est sûr que nous allons suivre ce dossier dans les années à venir, puisque les dépenses vont continuer à augmenter », conclut le chercheur.

SUIVRE LE Québec