NOUVELLES

L'Argentine bloque l'accès à deux navires de croisière de Carnival Corp.

27/02/2012 04:21 EST | Actualisé 28/04/2012 05:12 EDT

USHUAIA, Argentine - Une province argentine a forcé deux navires de croisière de la société Carnival Corp. à rebrousser chemin, tôt lundi, dans une tentative de créer un effet de levier dans sa lutte l'opposant au Royaume-Uni sur le différend de souveraineté des îles Malouines.

Le «Star Princess» et «l'Adonia» se sont vu refuser l'entrée à Ushuaia, une ville du sud de l'Argentine, alors qu'ils se dirigeaient vers le Chili.

Cette décision, prise par la gouverneure provinciale, survient un mois après que le gouvernement des Malouines eut forcé le «Star Princess» à faire demi-tour, citant des motifs sanitaires, après s'être arrêté en Argentine.

En refusant l'accès aux navires, de nombreux commerçants d'Ushuaia ont perdu une belle occasion de faire de bonnes affaires.

Plusieurs chauffeurs de taxi, organisateurs de visites guidées, guides fauniques et employés de boutiques avaient accepté de travailler lundi, en cette journée de fête nationale en Argentine, et des restaurants avaient préparé suffisamment de nourriture pour accueillir des milliers de passagers faisant escale.

Mais au moment où les navires s'approchaient des quais, des vétérans argentins du bref conflit avec le Royaume-Uni pour le contrôle des îles, en 1982, ont convaincu la gouverneure Fabiana Rios de faire appliquer une loi adoptée en août qui interdit aux vaisseaux britanniques, aux bateaux appartenant en partie à des intérêts britanniques et aux navires battant pavillon des territoires britanniques d'accoster en Argentine.

«On nous a assurés que ces navires étaient propriété d'intérêts financiers britanniques», a déclaré Juan Vera, un porte-parole du groupe de vétérans.

«Notre objectif est d'ébranler les Britanniques où ça leur fait le plus de mal : leur portefeuille. Nous voulons nuire aux intérêts financiers britanniques jusqu'à ce qu'ils nous redonnent les Malouines.»

PLUS:pc