NOUVELLES

L'acteur fétiche d'Ingmar Bergman, Erland Josephson, s'est éteint

27/02/2012 03:15 EST | Actualisé 28/04/2012 05:12 EDT

STOCKHOLM - L'acteur suédois Erland Josephson, qui a joué dans une quarantaine de films et de pièces de théâtre mis en scène par Ingmar Bergman, est décédé samedi à l'âge de 88 ans.

Récipiendaire de nombreux prix, M. Josephson a rendu l'âme dans un hôpital de Stockholm des suites d'un long combat contre la maladie de Parkinson, a indiqué Christina Bjerkander, porte-parole du Théâtre dramatique national.

Erland Josephson est né à Stockholm en 1923. Il a été élevé au sein d'une famille d'artistes et de travailleurs du secteur culturel. À l'âge de 16 ans, il rencontrait Ingmar Bergman et jouait dans sa mise en scène du Shakespeare «Le marchand de Venise».

Même s'il n'a jamais suivi de formation d'acteur, il a joué dans plusieurs pièces de théâtre sous la houlette d'Ingmar Bergman dans les années 1940 et 1950, en plus de décrocher un petit rôle dans le film «Il pleut sur notre amour».

Vers la fin des années 1950, il a obtenu des rôles plus importants dans les longs métrages «The Magician» et «Au seuil de la vie», toujours sous la direction de Bergman.

Erland Josephson a connu son premier véritable succès à l'échelle internationale en campant Johan dans l'oeuvre «Scènes de la vie conjugale», sortie en 1973. Trente ans plus tard, il tourne dans une suite à la saga amoureuse de Bergman, «Sarabande», toujours avec Liv Ullman.

À partir de ce moment, le comédien reçoit des offres provenant d'un peu partout dans le monde: en 1977, il prêtera ses traits à Friedrich Nietzsche dans «Au-delà du bien et du mal», de la réalisatrice italienne Liliana Cavani, fera une apparition dans le film de Philip Kaufman, «L'insoutenable légèreté de l'être» (1988) et livrera une prestation remarquable dans deux longs métrages signés Andreï Tarkovskiy dans les années 1980 («Nostalghia» et «Le Sacrifice»).

Erland Josephson s'est mérité de nombreux prix cinématographiques en Suède. En 1986, le Festival du film de Rimini, en Italie, lui a décerné un prix pour l'ensemble de sa carrière. Deux ans plus tard, il a reçu le prix du meilleur acteur off-Broadway pour son rôle de Gajev dans la mise en scène de Peter Brooks de «La cerisaie», de Tchekhov.

M. Josephson a également publié plusieurs romans et ouvrages autobiographiques, deux recueils de poésie et environ 40 scénarios destinés au théâtre, à la radio et à la télévision.

Il a été à la tête du Théâtre dramatique national suédois entre 1966 et 1975. Dans les années 1990, il a dirigé l'Institut du film suédois.

Erland Josephson laisse dans le deuil son épouse, Ulla Aberg, et ses cinq enfants.

PLUS:pc