NOUVELLES

Détection des cancers: un rapport suggère d'élargir la portée de la tépographie

27/02/2012 09:01 EST | Actualisé 28/04/2012 05:12 EDT

TORONTO - Un nouveau rapport laisse entendre que la tépographie (PET) est une technologie d'imagerie sous-utilisée au Canada et appelle à une stratégie nationale pour élargir sa portée.

Les appareils de tomographie par émission de positons sont des dispositifs nucléaires utilisés dans la détection préventive de certaines formes de cancer.

Le rapport souligne que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande deux de ces appareils pour chaque million de résidants — mais le Canada compte moins de la moitié de ce nombre. Au pays, il y a 0,89 PET pour chaque million de Canadiens, tandis qu'aux États-Unis, le ratio est d'environ 6,5 appareils par million d'Américains.

Le Canada compte actuellement 29 appareils de tépographie financés par les fonds publics, dont 12 au Québec et neuf en Ontario, indique le rapport.

Le Québec a procédé à environ la moitié de tous les tests par tépographie au Canada en 2009, et la province a payé environ 36 pour cent de moins par examen que la moyenne des coûts à travers le pays, selon le rapport.

Les résultats ont été publiés par le TRIUMF, un laboratoire national canadien pour la recherche en physique nucléaire et en physique des particules de l'université de la Colombie-Britannique.

La section sur l'Ontario critique l'approche de la province, affirmant que le gouvernement a peu agi pour soutenir la tépographie comme «une pratique courante des soins cliniques pour les patients atteints de cancer».

Le rapport indique que les coûts élevés d'achat et de mise en fonction des appareils est un obstacle à une utilisation accrue au pays. Il suggère que la mise en place d'une stratégie nationale pourrait réduire les coûts — en permettant aux provinces de négocier des accords collectifs d'achats avec les fabricants.

PLUS:pc