NOUVELLES

Une entente de principe est conclue pour les CPE syndiqués à la CSN

26/02/2012 08:51 EST | Actualisé 27/04/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Une entente de principe a été conclue, vendredi, entre Québec et les éducatrices affiliées à la CSN.

Réunis en conseil fédéral de négociation sectorielle, les délégués des syndicats des centres de la petite enfance affiliés à la CSN ont approuvé, dimanche, l'entente de principe intervenue avec le gouvernement Charest.

Dans un communiqué émis en soirée, la CSN précise que la nouvelle convention collective, valide jusqu'au 31 mars 2015, prévoit les mêmes augmentations salariales que celles accordées aux salariés du secteur public, soit des hausses qui pourront varier de 6 à 10,5 % sur cinq ans, en fonction de divers facteurs.

Au chapitre des vacances, chaque salarié pourra compter sur quatre semaines après cinq années de service et sur cinq semaines après 15 années. Les employés des CPE bénéficieront également de 13 jours fériés annuels et de 10 journées de maladie.

L'entente de principe prévoit en outre une augmentation de la contribution gouvernementale au régime d'assurance collective afin de pallier le retrait des employeurs à ce financement. Ainsi, la part assumée par le ministère de la Famille passera de 3 à 4 % de la masse salariale.

Par ailleurs, un programme de préretraite sera dorénavant disponible pour les travailleuses des CPE. À partir de 55 ans, elles pourront diminuer leur temps de travail tout en maintenant leur poste, et ce, pour une durée maximale de 60 mois.

Les éducatrices conservent par ailleurs leur rôle au sein des conseils d'administration des établissements.

Louise Labrie, responsable du secteur des CPE à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), s'est réjouie de la ratification de l'entente de principe. «Dans l'ensemble nos membres sont gagnantes. Partir de 360 conventions différentes et réussir, sur une vingtaines de matières, à avoir des ententes nationales, ce n'est quand même pas rien», a-t-elle confié à La Presse Canadienne.

Mme Labrie rappelle toutefois que la majorité des syndicats régionaux n'ont toujours pas d'entente de principe en vue du renouvellement de leurs conventions collectives. Or, l'entente de principe conclue vendredi devra être entérinée localement par les assemblées générales des 360 CPE syndiqués avec la CSN seulement lorsque les négociations régionales auront été conclues.

«On souhaite que les employeurs s'activent concrètement aux tables des négociations régionales pour en arriver à la signature de la convention collective. Une fois que l'ensemble des ententes aura été conclue, les assemblées générales vont se prononcer», a conclu Mme Labrie.

La CSN représente 8500 éducatrices.

PLUS:pc