NOUVELLES

Une attaque de la secte Boko Haram fait trois morts au centre du Nigeria

26/02/2012 06:13 EST | Actualisé 27/04/2012 05:12 EDT

JOS, Nigeria - Un kamikaze a fait exploser sa voiture piégée à l'extérieur d'une importante église dimanche, tuant trois personnes et en blessant 38 autres dans une ville du centre du Nigeria où des centaines de personnes sont mortes dans des violences religieuses et ethniques.

La secte islamiste radicale Boko Haram a revendiqué la responsabilité de l'attentat contre le principal temple de l'Église du Christ au Nigeria, attentat qui a eu lieu alors que les fidèles prenaient part à une cérémonie matinale.

L'attaque fait suite à d'autres actes violents dont se réclame la secte contre des chrétiens dans le nord du pays, aggravant la méfiance entre les deux principaux courants religieux dans cette nation multiethnique de plus de 160 millions d'habitants.

L'attaque a tué une femme, un père et son enfant près de l'explosion, a indiqué Pam Ayuba, porte-parole de l'État du Plateau. Le terroriste aurait vraisemblablement fauché la femme en dirigeant à toute vitesse son véhicule vers les bâtiments de l'église, a expliqué Mark Lipdo, un coordonnateur d'un groupe chrétien appelé la Fondation Stefanos. L'explosion a projeté du verre brisé partout sur le terrain de l'église, et une foule de jeunes en colère a commencé à briser les fenêtres des voitures passant devant le lieu de l'attentat.

Des responsables des services d'urgence ont transporté 38 personnes à l'hôpital, a mentionné Yushau Shuaib, un porte-parole de l'Agence nationale de gestion des urgences du Nigeria.

Le président Goodluck Jonathan a condamné l'attaque par voie de communiqué.

«Ceux qui tentent de nous diviser en employant la peur et la terreur échoueront. Ces attaques aveugles contre les chrétiens et les musulmans sont une menace envers tous les Nigérians amants de paix», a-t-il déclaré.

Lors d'une conférence téléphonique tenue dimanche avec des journalistes, un porte-parole des Boko Haram utilisant le pseudonyme Abul-Qaqa a revendiqué la responsabilité de l'attaque suicide.

Il a également révélé que la secte était responsable de l'incendie d'une école primaire dans la ville de Maiduguri, son lieu de naissance spirituelle, un acte servant d'avertissement aux agences de sécurité pour ne pas qu'elles envahissent des écoles islamiques.

PLUS:pc