NOUVELLES

Un calme précaire régne sur l'île de la Réunion

26/02/2012 02:45 EST | Actualisé 27/04/2012 05:12 EDT

SAINT-DENIS, France - Un calme précaire régnait dimanche à La Réunion, après plusieurs nuits de violences entre forces de l'ordre et manifestants dénonçant le chômage et la vie chère.

Selon la préfecture, les incidents de la nuit de samedi à dimanche ont été moins intenses que les jours précédents. On déplore toutefois plusieurs blessés, des véhicules de police et de gendarmerie détériorés par des jets de galets, ainsi qu'un bus, dix commerces dégradés et cinq véhicules incendiés. De plus, 36 émeutiers ont été interpellés, dont 25 ont été placés en garde à vue, portant le total des émeutes à 233 interpellations ayant débouché sur 159 gardes à vue.

Parallèlement, les discussions se poursuivaient au cours du week-end entre des représentants du monde économique, de l'Observatoire des prix, d'associations de consommateurs, de collectivités et des pétroliers pour concrétiser les mesures annoncées vendredi soir: une baisse de 8 centimes du litre de super et de gazole et l'établissement d'une liste de 40 produits de première nécessité pour lesquels les prix baisseront ou seront gelés.

L'Observatoire des prix et des revenus, composé notamment d'associations de consommateurs, se réunira mardi après-midi, a précisé la préfecture de l'île, afin d'arrêter la liste des 40 produits de première nécessité.

Semblables violences avaient déjà agité La Réunion en 2009, lorsque le COSPAR (Collectif des organisations syndicales, politiques et associatives) avait animé plusieurs manifestations contre la vie chère. Sur l'île, le taux de chômage est trois fois plus important qu'en métropole. Il flirte avec le seuil des 60 pour cent en ce qui concerne les jeunes de 15-25 ans.

PLUS:pc