NOUVELLES

Le PQ se pose des questions sur des projets de train dans l'Ouest de Montréal

26/02/2012 02:36 EST | Actualisé 27/04/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le Parti québécois (PQ) craint que deux projets de train distincts pour desservir la partie ouest de l'île de Montréal ainsi que l'aéroport Montréal-Trudeau finissent par coûter trop cher aux contribuables de la province.

Selon le porte-parole péquiste en matière de transports, le député de Gouin, Nicolas Girard, les deux projets pourraient coûter en tout 1,3 milliard $ à la population, ce qui représente «une dépense supplémentaire» de 400 millions $ par rapport à un projet unique.

Le PQ en arrive à cette conclusion après avoir additionné des montant de l'étude des crédits de l'Agence métropolitaine de transport, des communiqués d'Aéroports de Montréal concernant le projet de navette ainsi que des études de faisabilité concernant le projet du train de l'Ouest.

En point de presse à Montréal, dimanche, M. Girard a déclaré que le gouvernement libéral de Jean Charest, en agissant de la sorte, fait le choix d'élaborer deux projets distincts plutôt que d'en choisir un seul qui serait plus rentable pour les contribuables.

Le PQ demande également aux libéraux de dévoiler l'étude confiée en 2006 à la firme Price Waterhouse, qui avait alors le mandat de définir la meilleure solution pour répondre aux besoins de transport de la banlieue ouest ainsi que ceux de l'aéroport de Montréal.

M. Girard a affirmé que l'étude avait coûté 1,2 million $ aux contribuables québécois. Il a déploré que les résultats n'aient jamais été dévoilés.

Il a rappelé qu'il était plus que temps pour Montréal de disposer d'une navette ferroviaire entre son aéroport et le centre-ville. M. Girard croit que le gouvernement ne peut exclure la possibilité que les résidants de l'Ouest de Montréal puissent eux aussi utiliser cette navette ferroviaire pour gagner le centre-ville.

Quant aux rumeurs d'élections printanières, le porte-parole péquiste en matière de transports a rappelé que sa formation était prête au déclenchement d'un scrutin.

PLUS:pc