NOUVELLES

Le premier ministre haïtien Gary Conille démissionne

24/02/2012 01:40 EST | Actualisé 25/04/2012 05:12 EDT

PORT-AU-PRINCE, Haïti - Le premier ministre haïtien Gary Conille a abruptement démissionné, vendredi, mois de cinq mois après son arrivée en poste, un important revers pour le président Michel Martelly, dont la difficulté à pourvoir les postes gouvernementaux a entravé les efforts de reconstruction post-séisme.

Le gouvernement a annoncé la démission de M. Conille dans un bref communiqué et a précisé que M. Martelly s'adresserait à la nation lors d'un discours télévisé vendredi soir. Le président n'a pas encore annoncé quel candidat il proposerait pour remplacer M. Conille.

La démission du premier ministre, qui survient après des semaines de rumeurs de querelles entre M. Conille et d'autres responsables du gouvernement et du Parlement, représente un nouveau défi pour la reconstruction de la capitale après le séisme dévastateur de janvier 2010.

Le président du Sénat haïtien, Simon Dieuseul Desras, a estimé que le départ du premier ministre créerait un vide politique.

«La population ne s'attend pas à ce que le Palais national et le bureau du président soient en conflit», a dit M. Desras à l'Associated Press. «C'est une perte de temps. Nous devrons tout recommencer de nouveau et nous ne savons pas combien de temps il faudra pour avoir un nouveau premier ministre.»

Au moins deux candidats seraient pressentis pour le remplacer, soit le ministre des Affaires étrangères, Laurent Lamothe, et la directrice de la Commission intérimaire pour la reconstruction d'Haïti, Ann-Valerie Milfort, selon un responsable du gouvernement ayant requis l'anonymat.

La nomination de Gary Conille, un médecin qui a déjà été un proche collaborateur de l'ancien président américain Bill Clinton en tant qu'émissaire spécial de l'ONU en Haïti, a été ratifiée par le Parlement haïtien en octobre, après que les deux autres candidats choisis par le président Martelly eurent été rejetés par les élus.

L'absence de premier ministre pourrait dissuader les pays donateurs de remplir leurs promesses d'aide pour la reconstruction d'Haïti, ce qui pourrait retarder davantage les projets. Les donateurs ont promis 4,5 milliards $US pour la reconstruction, mais seulement la moitié de cette somme a été effectivement versée jusqu'à maintenant, selon le bureau de l'émissaire spécial de l'ONU en Haïti.

La démission de Gary Conille pourrait avoir été en partie provoquée par une dispute au sein des responsables gouvernementaux sur la double nationalité de certains d'entre eux, interdite par la Constitution haïtienne pour les personnes occupant de hautes fonctions politiques.

Une commission de députés enquête sur des allégations voulant que des responsables du gouvernement Martelly soient citoyens des États-Unis ou d'autres pays. M. Conille et d'autres responsables ont remis leur passeport et d'autres documents à la commission, mais les conclusions de l'enquête n'ont pas encore été annoncées.

La semaine dernière, en marge d'une conférence de presse, Gary Conille avait déclaré à l'Associated Press que M. Martelly et lui étaient en bons termes malgré des rumeurs affirmant le contraire.

«J'ai une bonne relation de travail avec le président», a-t-il dit. «Haïti est un grand pays de rumeurs. Je pense que nous avons une relation très franche et honnête dans laquelle nous pouvons discuter. Je crois que certaines personnes, parfois, ont intérêt à créer des distances entre les membres du gouvernement. (...) Je pense qu'il s'agit fondamentalement de rumeurs.»

PLUS:pc