NOUVELLES

Le Cirque du Soleil veut s'amuser avec Billy Crystal aux Oscars

24/02/2012 05:00 EST | Actualisé 24/04/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le Cirque du Soleil fera-t-il monter le comédien Billy Crystal sur un trapèze lorsqu'il animera la cérémonie des Oscars, dimanche soir?

On devra regarder le spectacle télévisé; le Cirque n'en pipe pas mot.

«Nous nous sommes amusés avec Billy Crystal», dit une discrète Yasmine Khahlil, la directrice des événements spéciaux du cirque.

«Nous avons eu différentes conversations. Nous avons parlé de notre participation, des façons de l'aider avec certains moments du numéro d'ouverture mais, au final, je ne peux pas vraiment vous dire ce qui se passera.»

Elle promet toutefois que le cirque offrira tout une prestation lorsqu'il entrera sur scène pour son numéro : «ce sera un excellent numéro de trois minutes.»

Il s'agira également de boucler un cycle ayant débuté, il y a une décennie, avec la première apparition de l'entreprise lors de la soirée de célébration d'Hollywood.

La prestation du Cirque du Soleil lors de la cérémonie de 2002 a aidé l'entreprise à consolider son succès international. C'est là que les producteurs de la cérémonie de 2012 ont vu l'hommage au cinéma du cirque, le spectacle «Iris», et ont été intéressés à les engager de nouveau.

Don Mischer et Brian Grazer ont approché le cirque en novembre. Les deux hommes voulaient présenter «quelque chose de différent» pour l'événement de dimanche.

M. Crystal était lui aussi partant, ayant vu et apprécié «Iris», le spectacle régulier du cirque à Los Angeles.

Mme Khahlil, qui a parlé de l'invitation comme un «grand honneur», a indiqué qu'un aspect intéressant de celle-ci était que les producteurs n'avaient pas réalisé que le cirque avait déjà présenté un numéro aux Oscars, en 2002.

«C'était intéressant d'être invités à nouveau, et ce indépendamment de ce que nous avons fait il y a 10 ans... ils étaient probablement simplement très impressionnés par ce que nous avons fait dans "Iris"...»

Selon elle, le cirque est habitué à la pression, mais présenter un numéro aux Oscars est «un énorme défi».

«C'est un peu comme un soir de première, mais nous n'avons pas droit à une deuxième chance», a-t-elle précisé.

Le Cirque du Soleil vend environ 15 millions de billets par année pour ses spectacles. En comparaison, les Oscars attirent environ 50 millions de téléspectateurs de partout sur la planète.

«Cela, déjà, met beaucoup de pression, déclare Mme Khahlil. Il est impressionnant de penser que ce numéro spécifique aura quatre fois plus de spectateurs que le nombre total de ceux qui viennent assister à nos spectacles en une année.

La télévision présente son propre ensemble de défis uniques pour la troupe de cirque, qui joue habituellement devant des spectateurs présents sur place, qu'il s'agisse d'un chapiteau ou d'une salle de spectacle. Pour le spectacle de dimanche, tout est calculé pour que les caméras de télévision enregistrent chaque image.

Le temps est un autre facteur.

«Nous voulons raconter une histoire en trois minutes», explique Mme Khahlil, précisant que le concept imaginé par le directeur créatif du cirque, Jean-François Bouchard, célèbre les expériences vécues dans une salle de cinéma.

Les artistes tenteront de reproduire la nostalgie d'aller voir des films, il y a plusieurs années, lorsqu'il s'agissait d'un grand événement et que les gens se paraient de leurs plus beaux atours pour l'occasion.

Ils y ajouteront également la marque de commerce du Cirque du Soleil, soit des acrobates, de la haute voltige, des personnages colorés et de la danse évocatrice.

«C'est un défi en trois minutes et nous espérons pouvoir communiquer cet extraordinaire engouement qui consistait à l'époque à aller au cinéma.»

Le cirque n'est toutefois pas étranger aux défis aux Oscars. Lors de sa dernière prestation, le monde se remettait encore des attaques du 11 septembre 2001 aux États-Unis, ce qui a donné le ton pour une cérémonie plus sobre.

Le cirque n'était d'ailleurs pas aussi connu à l'international qu'il l'est aujourd'hui, et ne possédait pas ses capacités logistiques actuelles.

«Nous avions dû sélectionner des artistes de nos différents spectacles, indique Mme Khahlil. Nous avons en fait suspendu tous nos spectacles, il y a 10 ans, pour maximiser le nombre d'artistes et d'employés de soutien pour réussir à présenter le numéro.»

Le cirque a depuis appris de cette expérience que l'entreprise était en mesure de respecter les exigences de la télévision. Un département des événements spéciaux a également été créé pour gérer les nombreuses demandes pour des spectacles qui ont commencé à affluer après les Oscars.

Pour le numéro de dimanche, le Cirque du Soleil a fait appel à 54 acrobates, dont cinq Canadiens.

Danny Elfman, qui a composé la musique du spectacle «Iris», a repris du service pour le numéro de dimanche prochain. Il a composé la bande sonore de nombreux films et séries télévisées, dont «Batman», en 1989, et «Desperate Housewives».

PLUS:pc