NOUVELLES

Un policier de Toronto est accusé de meurtre non prémédité

23/02/2012 02:47 EST | Actualisé 24/04/2012 05:12 EDT

TORONTO - Un policier de Toronto est accusé de meurtre non prémédité dans la mort par balle d'un homme de 26 ans.

Le constable David Cavanagh avait été préalablement accusé d'homicide involontaire relativement à la mort d'Eric Osawe en septembre 2010.

M. Cavanagh a comparu jeudi, et l'unité spéciale d'enquêtes (SIU) a déposé le chef d'accusation plus grave.

La Force d'intervention d'urgence et une unité contre les gangs armés fouillaient un appartement dans la partie ouest de la ville, le 29 septembre 2010, quand M. Cavanagh aurait tiré sur Eric Osawe, selon ce qui est allégué.

L'enquête préliminaire dans le dossier est prévue le 1er octobre.

La SIU est une agence indépendante, «la police des polices», qui enquête dans des dossiers impliquant des policiers où il y a eu décès, blessures graves ou allégations d'agressions sexuelles.

Il s'agit de la première fois où un policier torontois est accusé de meurtre pour un incident survenu en service, et cela envoie «un message très déstabilisant» à la police, a déclaré le président de la Toronto Police Association Mike McCormack.

«Laisser entendre qu'un policier accomplissant son devoir en exécutant un mandat de fouille avec une équipe aurait eu l'intention de tuer quelqu'un est absolument impensable», a-t-il dit.

«Nous avons perdu confiance envers le bureau des avocats de la Couronne et la SIU en ce qui concerne le traitement juste et impartial de nos membres.»

Selon l'avocat de la famille de la victime, Julian Falconer, Eric Osawe aurait reçu une balle dans le dos.

La famille cousue serrée de M. Osawe a été abasourdie par la nouvelle de sa mort, mais est soulagée d'apprendre que les «questions importantes» seront posées lors du procès, a dit Me Falconer.

«L'accusation portée contre le policier Cavanagh est très sérieuse et il ne s'agit donc pas d'une journée où il fait bon célébrer», a-t-il ajouté.

«Nous espérons malgré tout que justice sera faite et [la famille] est soulagée du fait qu'un jury se penchera sérieusement sur cette affaire.»

L'avocat de M. Cavanagh a demandé à savoir pourquoi l'accusation avait été modifiée, affirmant que selon ce que sait la défense, il n'existe pas de nouvelles preuves.

«Aucune explication adéquate n'a été fournie à la défense», a déclaré Peter Brauti.

«Considérant le fait qu'il s'agit d'un policier aux états de service irréprochables, je crois qu'il mérite une explication.»

M. Cavanagh se trouvait en liberté sous caution en lien avec la première accusation. Il a dû effectuer une nouvelle demande de libération sous caution jeudi après le dépôt de la nouvelle accusation et a de nouveau été libéré.

L'enquête préliminaire dans cette affaire est prévue pour le 1er octobre.

PLUS:pc