Sables bitumineux: pas d'accord au sein de l'UE sur un projet les pénalisant

Tar Sands

Première Publication: 23/02/2012 08:51 Mis à jour: 23/02/2012 10:40

BRUXELLES, 23 février 2012 (AFP) - Des experts de l'Union européenne n'ont pas réussi à se mettre d'accord jeudi sur un projet qui classerait le pétrole issu des sables bitumineux dans une catégorie très polluante, une perspective fortement contestée par le Canada.

"Il n'y a pas eu de majorité qualifiée pour ou contre" concernant les modalités de mise en oeuvre d'une directive (législation) européenne sur la qualité des carburants, a indiqué Isaac Valero Ladron, le porte-parole de la Commission sur les questions de climat. Cette position a notamment été celle des représentants de l'Allemagne, de la France et du Royaume-Uni, selon un diplomate.

La proposition va donc être renvoyée pour examen aux ministres de l'Environnement des 27 pays de l'UE, lors d'une réunion prévue en juin, avant d'être soumise à l'approbation du Parlement européen.

Le dossier est suivi avec une grande attention par le Canada, producteur majeur de sables bitumineux, et les grandes compagnies pétrolières, qui ont fait campagne à Bruxelles contre la Directive sur la qualité des carburants (DQC) en discussion depuis 2008.

Ottawa avait estimé fin 2011 que le projet européen était sans fondement scientifique et affirmé son intention de "défendre ses intérêts" si "des mesures injustifiées et discriminatoires" étaient adoptées à Bruxelles.

Cela pourrait notamment affecter les négociations engagées pour l'entrée en vigueur d'un traité de libre-échange entre le Canada et l'UE.

Les organisations écologistes, qui luttent contre les sables bitumineux, ont regretté l'absence d'une décision au niveau des experts. "Les pressions extrêmes des Canadiens et des lobbies pétroliers font que nous avons manqué une occasion de laisser les carburants très polluants hors d'Europe", a regretté Darek Urbaniak, des Amis de la Terre, en espérant qu'une décision "responsable" serait prise par les ministres en juin.

Le Canada "heureux" du désaccord européen sur les sables bitumineux

Le gouvernement canadien s'est réjoui jeudi de ce que des experts de l'Union européenne (UE) ne soient pas parvenus à se mettre d'accord sur un projet qui classerait le pétrole issu des sables bitumineux dans une catégorie très polluante, une perspective qui l'inquiétait.

"Nous croyons comprendre que le Comité de la qualité des carburants de l'UE n'a pas approuvé aujourd'hui la mesure d'exécution de sa directive sur la qualité des carburants", a déclaré dans un communiqué le ministre canadien des Ressources naturelles, Joe Oliver.
"Nous sommes heureux de constater que de nombreux pays membres de l'UE sont opposés à cette mesure discriminatoire", a-t-il ajouté.

"Il n'y a pas eu de majorité qualifiée pour ou contre" sur les modalités de mise en oeuvre d'une directive sur la qualité des carburants (DQC), avait indiqué auparavant le porte-parole de la Commission européenne pour les questions liées au climat, Isaac Valero Ladron.
Il reviendra maintenant aux ministres de l'Environnement des 27 pays de l'UE de décider, lors d'une réunion prévue en juin, s'ils approuvent la DQC, en discussion depuis 2008.

Le dossier est suivi avec une grande attention par le Canada, qui détient les troisièmes réserves de pétrole de la planète, et les grandes compagnies pétrolières, comme le français Total, le britannique BP ou l'anglo-néerlandais Royal Dutch Shell, qui ont investi dans les sables bitumineux de l'Alberta.

Le projet de directive doit fixer une valeur d'émissions de gaz à effet de serre à chaque source de carburant, ce qui pourrait désavantager les sables bitumineux, dont l'extraction, difficile, nécessite une forte quantité d'énergie. Elle produit ainsi une quantité de carbone bien plus importante que le pétrole conventionnel, ce que conteste vigoureusement le gouvernement conservateur d'Ottawa.

SUIVRE LE Québec

Publié par Patrick White  |