NOUVELLES

La Tunisie préconise un plan d'action pour une "solution politique" de la crise syrienne

23/02/2012 02:05 EST | Actualisé 24/04/2012 05:12 EDT

TUNISIA, Tunisia - La Tunisie proposera à la "conférence internationale des amis du peuple syrien", qui s'ouvre vendredi à Tunis, un plan d'action pour une solution politique de la crise syrienne similaire à celle du Yémen, a-t-on appris auprès de la présidence tunisienne.

Le plan est baptisé "opération Abdelkader", du nom d'un chef arabe, l'Emir Abdelkader, qui a protégé les chrétiens de Syrie contre un massacre à la fin du XIXème siècle. Il sera présenté par le président tunisien Moncef Marzouki à l'ouverture de la conférence de Tunis en présence des représentants d'une centaine de pays et d'organisations internationales, a précisé le porte-parole de la présidence tunisienne Adnène Moncer lors d'un entretien à l'Associated Press.

De nombreux chefs de la diplomatie arabes et occidentaux dont la secrétaire d'Etat Hillary Clinton et son homologue français Alain Juppé doivent y participer. Le plan prévoit le déploiement d'une force arabe de maintien de la paix pour asseoir un cessez-le-feu et assurer la protection des populations civiles.

"L'objectif est de parvenir à une solution politique de la crise syrienne dans un scénario semblable à celui du Yémen avec le départ de Bachar Al Assad dont le régime est agonisant", a-t-il encore plaidé.

Selon lui, la Russie et de la Chine, principaux alliés de Damas, bien qu'absentes à la réunion de Tunis, ont "un rôle important" à assumer pour convaincre Bachar Al Assad de quitter le pouvoir "car il a perdu toute légitimité". Il estime qu'une solution politique et pacifique n'est pas possible avec le maintien au pouvoir de l'actuel président.

Dans le cas contraire, Moscou et Pékin "enverraient un mauvais message envers la Syrie qui encouragerait le régime en place à accroître son acharnement contre les civils, comme cela a été le cas après le double véto opposé au conseil de sécurité à une résolution condamnant la répression en Syrie", a-t-il noté.

"C'est aussi un message à l'opposition syrienne qui sera présente à Tunis - pour que cette révolution ne se transforme pas en guerre fratricide", a-t-il ajouté.

Dans "le contexte particulier" où se tient la conférence de Tunis avec un grand nombre de morts tous les jours, la Tunisie appellera à l'organisation d'une aide humanitaire aux populations en proie aux violences.

Le responsable tunisien a mis en avant ce qu'il appelé "l'obligation morale" que la Tunisie, pays qui a déclenché "le printemps arabe", a envers le peuple syrien et tous les peuples arabes qui aspirent à la liberté.

Il a insisté sur l'opposition de Tunis à toute intervention étrangère en Syrie et son attachement à l'unité de son peuple et à son intégrité territoriale, en disant avoir "la certitude" que la conférence n'optera pas pour une solution militaire. AP

xbb/ll

PLUS:pc