Huffpost Canada Quebec qc

La Caisse de dépôt et placement réalise un rendement de 4 % en 2011

Publication: Mis à jour:
SPLASHCDP
La Caisse de dépôt et placement du Québec a enregistré un rendement de 4 % en 2011, soit légèrement moins que le «portefeuille de référence» auquel elle se compare. | PC

MONTRÉAL - La direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec s'est félicitée, jeudi, d'avoir enregistré un rendement de quatre pour cent en 2011 mais, «déçue» de sa contre-performance dans le secteur des actions canadiennes, elle a entrepris une «révision en profondeur» de ce portefeuille crucial.

Le rendement de quatre pour cent est légèrement inférieur à celui de 4,2 pour cent réalisé par le «portefeuille de référence» auquel la Caisse se compare. L'écart de 0,2 point de pourcentage équivaut à un manque à gagner théorique de 366 millions $.

Le président et chef de la direction de la Caisse, Michael Sabia, a estimé jeudi que l'institution avait réalisé une «solide performance» compte tenu des «nombreux défis» qu'ont connus les marchés financiers pendant l'année.

En conférence de presse à Montréal, il a soutenu que le redressement effectué depuis son entrée en fonction, en 2009 — simplification des portefeuilles, réduction de l'endettement, recours moindre aux produits dérivés et meilleure gestion des risques — avait «porté fruit».

«Assurément, 2011 a été un test des plus difficiles et justement parce que l'année a été aussi exigeante, cela a peut-être été, d'une certaine manière, la meilleure performance des dernières années», a déclaré M. Sabia.

«C'est une chose de faire de l'argent quand les marchés sont bons, mais le vrai test, c'est de réussir à protéger notre capital et de générer un rendement raisonnable lorsque les marchés sont mauvais», a-t-il ajouté.

Le ministre des Finances, Raymond Bachand, a quant à lui estimé que «ce rendement de premier quartile, obtenu dans un environnement économique mondial difficile, volatil et turbulent, démontre la qualité de l’équipe de gestion en place».

En 2010, la Caisse avait affiché un rendement de 13,6 pour cent, supérieur à son indice de référence.

En incluant les 10 pour cent dégagés en 2009, le rendement annualisé de l'institution a atteint 9,1 pour cent au cours des trois dernières années.

Sur cinq ans toutefois, le rendement annualisé chute à 0,6 pour cent en raison de la catastrophique année 2008, qui s'était soldée par une perte de 40 milliards $. Sur dix ans, le rendement annualisé atteint 4,7 pour cent.

En comparaison, la caisse du Régime de pensions du Canada a enregistré un rendement de 2,2 pour cent entre le début avril et la fin décembre 2011, et de 5,7 pour cent au cours des dix dernières années.

Les actions canadiennes au chevet

Le rendement 2011 de la Caisse a pâti des difficultés de son portefeuille d'actions canadiennes, subissant un rendement négatif de 10,6 pour cent, alors que l'indice correspondant a reculé de 8,2 pour cent. Pour la Caisse, il s'agit d'un manque à gagner de 497 millions $ qui survient après une année 2010 également difficile dans ce domaine.

La contre-performance du portefeuille d'actions en 2011 s'explique notamment par une «exposition insuffisante» aux titres à haut dividende, qui ont produit de bons rendements boursiers pendant l'année.

Pour rectifier le tir, l'institution évaluera plusieurs avenues. Pas question toutefois de s'en remettre aux indices et d'abandonner la gestion active dans ce secteur, qui existe depuis 45 ans à la Caisse. L'institution pourrait toutefois accroître ses investissements dans les actions d'entreprises non cotées en Bourse, les infrastructures et les immeubles, des catégories d'actifs moins touchées par les soubresauts des marchés.

Deux autres portefeuilles ont sous-performé par rapport à leurs indices: celui des actifs immobiliers et celui des actions mondiales. Le premier a enregistré un rendement de 11 pour cent, contre 15,6 pour cent pour l'indice, ce qui s'est traduit par un manque à gagner de 728 millions $. Le deuxième a essuyé un rendement négatif de 5,7 pour cent, alors que l'indice a reculé de 5,1 pour cent.

Le portefeuille immobilier a souffert du niveau élevé de son encaisse, soit près de 4 milliards $ à la fin de 2011, une situation qui découle de ventes d'actifs aux États-Unis.

Par contre, trois portefeuilles ont surpassé leurs indices de référence: les infrastructures (rendement de 23,3 pour cent contre 12,7 pour cent pour l'indice), les dettes immobilières (15 pour cent contre 9,5 pour cent) et les obligations (10,1 pour cent contre 9,8 pour cent). Résultat: une valeur ajoutée de 918 millions $.

Pont Champlain

En 2011, les actifs de la Caisse au Québec ont crû de 4,5 milliards $, dont 2 milliards $ sous la forme de nouveaux placements, pour dépasser les 41 milliards $. Cette somme inclut toutefois des investissements dans des projets que mènent des entreprises québécoises à l'extérieur de la province, comme l'expansion de Kruger à Memphis, au Tennessee.

Pour l'avenir, Michael Sabia compte s'intéresser de près aux nombreux projets d'infrastructures prévus au Québec. Il aimerait notamment que la Caisse finance la construction de la structure qui doit remplacer le pont Champlain. Il surveillera aussi les occasions que pourrait présenter le Plan Nord.

Au 31 décembre 2011, l'actif net de la Caisse atteignait 159 milliards $, soit davantage que le précédent sommet de 155,4 milliards $ atteint à la fin 2007, avant l'éclatement de la crise financière mondiale. La croissance de 7,2 milliards $ par rapport à la fin 2010 est attribuable aux résultats de placement nets de 5,7 milliards $ et aux dépôts nets de 1,5 milliard $.

Selon les choix de placements effectués par les différents déposants (Régie des rentes, Régime de retraite des employés du gouvernement, etc.), le rendement 2011 a oscillé entre 2,8 et 8,1 pour cent. Sur trois ans, toutefois, l'écart diminue: le rendement varie entre 8,8 et 9,7 pour cent.

Enfin, Michael Sabia a indiqué jeudi qu'il ne retournerait pas à Sagard, le manoir charlevoisien de la famille Desmarais où il a passé un week-end l'an dernier. Le droit de cultiver ses amitiés doit céder le pas à l'importance de protéger la Caisse contre les «distractions», a-t-il expliqué.

Sur le web

La Caisse obtient un rendement de 4% en 2011