NOUVELLES

Bon anniversaire RueMasson.com !

22/02/2012 07:52 EST | Actualisé 23/04/2012 05:12 EDT
Huffington Post Quebec - David Nathan

Le 23 février 2010 www.RueMasson.com publiait son premier article. Deux ans plus tard, le site a réussi à se constituer un lectorat non négligeable à travers le site web (25 000 visiteurs par mois) Facebook (3 500 fans) et Twitter (2 060 abonnés). Au total, ce sont plus de 660 articles qui ont été mis en ligne.

Créé par cinq habitants du quartier du Vieux-Rosemont (pour la plupart journalistes), ce site web d'un nouveau genre s'est donné pour mission de raconter la vie au plus près du quotidien de ses habitants, c'est ce qu'on appelle un média hyperlocal.

Pour Lisa Marie Noël, l'une des cinq fondatrices, le succès du site réside essentiellement dans son contenu. « Les gens sont intéressés parce qu’on est avant tout un média de proximité, on écrit sur des sujets qui les concernent directement comme l'ouverture d'un commerce mais il peut s'agir aussi d'événements culturels, communautaires, cela va de l'anecdotique comme la chute d'un balcon à des sujets de politique municipale; on twitte d'ailleurs chaque mois en direct du conseil d’arrondissement. Il faut savoir que 80% de nos lecteurs sont des gens qui habitent le quartier».

Avec un contenu à hauteur de quartier, RueMasson.com se transforme aussi en véritable lien social entre les différents acteurs du Vieux-Rosemont. « Nous nous sommes très vite aperçus que les gens interagissaient beaucoup à travers les commentaires dans les articles notamment, mais aussi sur Facebook et via Twitter, explique Lisa Marie Noël. On essaye aussi parfois d'apporter plus que la simple information. Récemment, il y a eu un meurtre dans le quartier suite à une violence conjugale, nous avons rapporté le fait mais nous l'avons complété avec de l'information, des ressources sur les organismes qui préviennent ce genre de violence, notre travail n'est plus uniquement d'informer dans ce cas-là, mais d'aider les lecteurs de façon plus concrète ».

Si Ruemasson.com utilise le système des bannières publicitaires pour dégager des revenus, les contributeurs du site sont encore pour le moment tous bénévoles. « Nous sommes arrivés à un stade où le site ne nous coûte plus d'argent, les revenus publicitaires nous permettent d'assumer les frais d'exploitation, explique Lisa Marie Noël. L'étape suivante serait de trouver un modèle d'affaire qui nous permette de payer les collaborateurs tout en gardant notre indépendance journalistique ; on ne veut pas miser uniquement sur la publicité, on aimerait trouver des partenaires financiers, il n'y a rien de concret pour le moment mais nous sommes ouverts à des propositions». RueMasson.com n’est en effet ni subventionné, ni en relation avec un d'autres médias ou organismes quelconques.

Quand on regarde ce qui se passe dans les quartiers voisins, il est bien difficile de trouver la moindre trace d'un autre site hyperlocal. Pourtant la recette semble reproductible. « Je suis persuadée que ce que nous faisons ici pourrait être fait dans n'importe quel autre quartier de Montréal, dit Lisa Marie Noël. Il se passe des choses intéressantes partout, il suffit juste de bienfouiller ».

À l'occasion de son deuxième anniversaire, le média hyperlocal revampera son site web, lancera une collection de t-shirts RueMasson.com et organisera « un QuizNight à sauce hyperlocale » dans l'un des bars les plus populaires du quartier : Chez Baptiste sur Masson le mercredi 29 février à 19h.