NOUVELLES

Israël approuve la construction de 600 maisons dans les colonies de Cisjordanie

22/02/2012 06:34 EST | Actualisé 23/04/2012 05:12 EDT

JÉRUSALEM - Le gouvernement israélien a donné son accord préliminaire, mercredi, à un projet visant à construire 600 nouvelles résidences dans une colonie du centre de la Cisjordanie, une décision qui a suscité les réprimandes des Nations unies et qui menace d'accroître les tensions entre Israël et les États-Unis.

Les autorités israéliennes ont tenté de minimiser l'importance de la décision, affirmant que la construction des nouvelles résidences ne commencerait pas avant plusieurs années.

Mais la décision pourrait compliquer davantage les difficiles efforts de paix au Proche-Orient, et jette une ombre sur la visite du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou à Washington en mars.

Lors de cette visite, il devrait discuter du programme nucléaire iranien et d'autres dossiers régionaux.

L'émissaire des Nations unies au Proche-Orient, Robert Serry, a qualifié de «déplorable» la décision israélienne, «qui nous éloigne davantage de l'objectif d'une solution fondée sur deux États».

Devant les journalistes, le porte-parole du département d'État américain, Mark Toner, a refusé de commenter directement la décision, mais a affirmé que la politique des États-Unis sur les colonies israéliennes était claire.

«Nous pensons que cela n'aide pas à ramener les deux parties à la table des négociations. Et nous voulons voir clairement un accord détaillé qui définit les frontières et résout plusieurs questions», a déclaré M. Toner.

Les négociations israélo-palestiniennes sont bloquées depuis trois ans sur la question des colonies.

Les Palestiniens, qui revendiquent la Cisjordanie et Jérusalem-Est pour leur futur État, refusent de négocier tant qu'Israël poursuit sa politique de colonisation. Israël, qui a pris le contrôle de ces territoires lors de la guerre de 1967, affirme que les négociations doivent commencer sans conditions préalables. La communauté internationale s'oppose à toutes les colonies israéliennes.

Des responsables israéliens ont tenté de minimiser la décision, affirmant qu'elle avait été prise par un comité de planification de bas niveau placé sous le contrôle du ministère de la Défense.

Un responsable a affirmé que le projet était dans sa phase «embryonnaire» et avait besoin de «plusieurs étapes d'autorisation» qui prendront plusieurs années. Ce responsable a requis l'anonymat conformément aux lignes directrices du ministère.

Mais Yariv Oppenheimer, directeur de Peace Now, un groupe pacifiste qui s'oppose aux colonies israéliennes, a affirmé qu'il s'agissait du plus grand projet de construction dans les colonies de Cisjordanie depuis que Benyamin Nétanyahou est arrivé en poste il y a trois ans.

Les constructions sont prévues à Shiloh, une colonie établie au coeur de la Cisjordanie. Selon Peace Now, la décision de mercredi prévoit aussi la légalisation rétroactive d'une centaine de résidences construites sans permis. Les responsables du ministère de la Défense n'ont pas voulu confirmer cette information.

«Le gouvernement donne un prix aux contrevenants et perpétue un système dans lequel chaque fois que des colons construisent sans permis, le gouvernement approuve la construction et leur permet de construire encore plus», a déploré l'organisation.

Un porte-parole palestinien, Ghassan Khatib, a affirmé mercredi que la décision «montre qu'Israël n'a aucun respect pour la communauté internationale et les lois internationales». Mais la décision «met aussi en lumière le manque d'actions réelles de la communauté internationale envers la politique de colonisation israélienne», a-t-il ajouté.

Le bureau du premier ministre Nétanyahou n'a pas retourné les appels de l'Associated Press.

PLUS:pc