NOUVELLES

Fraude électorale: l'ancienne présidente des Philippines plaide non coupable

22/02/2012 09:22 EST | Actualisé 23/04/2012 05:12 EDT

MANILLE, Philippines - L'ancienne présidente des Philippines a plaidé non coupable à une accusation de fraude électorale, jeudi, à l'ouverture d'un procès dont le résultat sera critique pour son successeur réformiste.

Gloria Macapagal Arroyo, qui a dirigé le pays de 2001 à 2010, est accusée d'avoir truqué les résultats du scrutin sénatorial en 2007 afin de favoriser ses candidats. Cette accusation de sabotage électoral est la première d'une série de chefs d'accusation criminels qui pourraient être déposés contre elle.

Si elle est reconnue coupable, Gloria Macapagal Arroyo pourrait être condamnée à la prison à vie.

Après sa comparution, d'une durée d'environ 10 minutes, l'ancienne dirigeante a été escortée sous haute surveillance de la salle de cour jusqu'à l'hôpital militaire où elle est actuellement traitée pour un problème à la colonne vertébrale.

Vêtue d'une robe couleur crème, elle a tout de même pris le temps de s'arrêter pour se faire photographier avec certaines personnes qui assistaient à l'audience, souriant et distribuant les poignées de mains.

La porte-parole de la cour, Felda Domingo, a déclaré que ce procès était historique car «les votes de la population ont été victimes de sabotage» et que «la personne accusée est une ancienne présidente».

Le successeur de Mme Arroyo, Benigno Aquino III, a promis d'éradiquer la corruption et a affirmé que personne ne devrait échapper à la justice.

L'époux de l'ancienne présidente, Miguel Arroyo, a affirmé aux journalistes que son épouse «estime que ce cas est une injustice». Elle est frustrée, souffre de douleurs aux dos et doit se faire traiter à l'étranger, a-t-il ajouté.

L'accusation de fraude électorale qui est dirigée contre l'ancienne présidente concerne une élection sénatoriale s'étant tenue en 2007 dans une région du sud des Philippines où la corruption est endémique. À l'issue du scrutin, l'ensemble des 12 candidats de Mme Arroyo l'avaient emporté. Aucun candidat de l'opposition n'avait été élu.

PLUS:pc