NOUVELLES

L'ancien président de Radio-Canada Pierre Juneau est décédé à l'âge de 89 ans

21/02/2012 12:59 EST | Actualisé 22/04/2012 05:12 EDT
PC

MONTRÉAL - Pierre Juneau, un ami de longue date de Pierre Trudeau, ayant eu les prix Juno nommés en son honneur après une carrière notamment à la tête du CRTC et de Radio-Canada, est décédé à l'âge de 89 ans.

M. Juneau s'est surtout fait connaître comme président de Radio-Canada entre 1982 et 1989. Il avait précédemment occupé plusieurs postes — il a été notamment premier président du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Pierre Juneau avait entrepris sa carrière à l'Office national du film en 1949, gravissant les échelons jusqu'au poste de directeur de la production de langue française en 1964. Quelques années plus tôt, en 1959, il avait cofondé le Festival international du film de Montréal, un événement dont il assurera la présidence jusqu'en 1968. Il avait participé, à la même époque, à la création de la revue «Cité libre».

Il s'était joint en 1966 au Bureau des gouverneurs de la radiodiffusion, l'ancêtre du CRTC, à titre de vice-président. Il assumera la présidence du nouveau CRTC lors de sa création en 1968, demeurant en poste jusqu'en 1975. Son passage à la tête de l'agence fédérale est marqué par une lutte acharnée en faveur du contenu canadien à la télévision comme à la radio, ce qui contribuera à la naissance d'un marché permanent pour les artistes canadiens.

En 1971, notamment en hommage à sa contribution, l'Académie canadienne des arts et des sciences de l'enregistrement crée les prix Juno pour récompenser les artisans de la musique canadienne.

Pierre Juneau fait ensuite le saut dans l'arène politique: Pierre-Elliot Trudeau, qu'il avait connu lors de la création de «Cité libre», le nomme ministre des Communications en 1975. Défait lors d'une élection partielle la même année, il sera plus tard nommé sous-secrétaire d'État en 1978, et sous-ministre des Communications en 1980. M. Trudeau le placera ensuite, en 1982, à la tête de la Société Radio-Canada pour un mandat de sept ans.

Le passage de M. Juneau à la présidence de la SRC est marqué par des relations tendues avec le gouvernement de Brian Mulroney, qui impose des coupes sombres à la société d'État. M. Juneau lancera enfin la chaîne d'information continue Newsworld, sur le réseau anglais de Radio-Canada, en 1988-89.

Ses successeurs au CRTC et à la SRC n'ont pas manqué de souligner, mardi, son importante contribution à ces institutions.

«Nous unissons notre voix à celle de la population canadienne pour souligner son apport historique à titre d'architecte de la réglementation du contenu canadien et de ce fait, à l'émergence d'une industrie culturelle dynamique et florissante», a écrit dans un communiqué le président par intérim du CRTC, Leonard Katz.

L'actuel président de la SRC, Hubert Lacroix, a évoqué son ardente défense de la radio publique et du contenu canadien.

Selon M. Lacroix, l'homme s'est avéré un acteur de premier plan dans la création d'une politique permettant aux Canadiens de mettre sur pied leur propre industrie et leur propre contenu, ajoutant que son influence se faisait toujours sentir ces jours-ci.

M. Juneau détenait des doctorats honorifiques des universités York, Trent, Ryerson et de Moncton. On lui avait aussi décerné l'Ordre du Canada en 1975.